Le manque d’accès à l’assainissement met en péril la santé de 2,4 milliards de personnes

Écouter /

UN groupe de femmes font la lessive au bord d’une rivière à Gao, au Mali. © UNICEF/NYHQ2014-0620/Phelps

Le manque d'accès à l'assainissement met en péril la santé de 2,4 milliards de personnes dans le monde. C'est ce qu'indique un rapport conjoint publié aujourd'hui par l'UNICEF et l'Organisation mondiale de la santé, qui pointe notamment du doigt le manque d'investissement dans des campagnes de sensibilisation, l'absence de produits économiquement abordables pour les plus pauvres et la persistance de certaines normes sociales qui encouragent la défécation à ciel ouvert.

Dans un entretien accordé à la Radio de l'ONU, François Bellet, Spécialiste de l'UNICEF en eau, assainissement et hygiène pour l'Afrique de l'ouest et l'Afrique centrale, fait le point sur les défis rencontrés sur le terrain. Il insiste aussi sur l'importance d'intégrer la problématique de l'assainissement dans les prochains objectifs de développement durable.

Intitulé ‘Progrès en matière d’assainissement et d’eau potable : rapport de suivi 2015 et évaluation des OMD’ (« Progress on Sanitation and Drinking Water: 2015 Update and MDG Assessment »), ce nouveau rapport indique qu’une personne sur trois dans le monde, soit 2,4 milliards d’individus, vit toujours sans installations sanitaires, dont 946 millions de personnes qui défèquent à l’air libre.

« Le modèle global a été jusqu’à présent que les pays les plus riches progressent d’abord et les pays les plus pauvres commencent à les rattraper dans un second temps. Si nous voulons parvenir à l’accès universel à l’assainissement des eaux d’ici 2030, nous devons nous assurer que les pays les plus pauvres fassent des progrès dès maintenant », a déclaré Sanjay Wijesekera, responsable des programmes de l’UNICEF liés à l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Il indique que si l’amélioration de l’accès à l’eau potable a été l’une des réalisations majeures des OMD, 91% de la population mondiale disposant désormais d’une eau potable de meilleure qualité, à l'heure actuelle, seulement 68% de la population mondiale utilise une installation sanitaire améliorée, soit en dessous de l’objectif de 77% fixé dans le cadre des OMD.

L’accès à l’eau potable, aux installations sanitaires et à l’hygiène est essentiel dans la prévention et le traitement de 16 des 17 ‘maladies tropicales négligées’ (MTN) lesquelles affectent plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde.

Le rapport indique également que la pratique de la défécation en plein air est également associée à un risque plus élevé de retard de croissance ou de malnutrition chronique, qui affectent 161 millions d’enfants dans le monde. Sept personnes sur dix sans accès à un assainissement approprié et 9 personnes sur 10 qui défèquent à l’air libre vivent dans des zones rurales.

(Interview : François Bellet, Spécialiste de l'UNICEF en eau, assainissement et hygiène pour l'Afrique de l'ouest et l'Afrique centrale. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...