Le HCR appelle l’Europe à soutenir davantage la Grèce face à l’afflux de réfugiés

Écouter /

Photo: UNHCR/Baltagiannis

Face à la détérioration des conditions d’accueil des réfugiés arrivant par voie de mer en provenance de la Turquie dans les îles grecques de la mer Egée, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a appelé mardi les pays européens à fournir une aide d’urgence à la Grèce.

« Les conditions d’accueil pour les réfugiés arrivant dans les îles grecques de l’Egée du Nord et du Dodécanèse empirent, malgré les efforts considérables déployés par les autorités locales et la société civile », a constaté un porte-parole du HCR, William Spindler, lors d’un point de presse à Genève.

« Des centaines de réfugiés continuent d’arriver chaque jour dans des canots pneumatiques et des embarcations de bois, mettant à rude épreuve les communautés insulaires qui les reçoivent », a-t-il ajouté.

Depuis le début de l’année 2015, plus de 55.000 réfugiés sont arrivés en Grèce par la mer en provenance de la Turquie, a précisé M. Spindler. Les principales îles de destination des réfugiés sont Lesbos (21.600 arrivées), Chios (9.400), Kos (8.900), Leros (3.900) et Samos (3.500).

Le porte-parole du HCR a indiqué que plus de 90% des réfugiés sont originaires de pays en proie à des conflits, notamment de la Syrie (plus de 60% des arrivées cette année), l’Afghanistan, l’Iraq et la Somalie.

« Nous anticipons que le nombre d’arrivées augmentera encore au cours de l’été, quand les conditions météorologiques rendront la traversée par la mer depuis la Turquie moins dangereuse », a précisé William Spindler.

La police, la garde côtière et les autorités locales ont alloué du personnel et des ressources supplémentaires, mais la réponse continue d’être insuffisante par rapport aux besoins, a déclaré le porte-parole.

« Les citoyens et bénévoles locaux et les ONG procèdent à des distributions de nourriture, d’eau, de chaussures et de vêtements aux réfugiés. Le HCR est particulièrement préoccupé par le fait que les réfugiés ayant des besoins spécifiques, tels que les enfants non accompagnés, les personnes âgées, les femmes enceintes, les personnes handicapées et les victimes de la torture, ne puissent pas recevoir des soins appropriés », s’est inquiété William Spindler.

Face à cette situation, le porte-parole du HCR a appelé les pays d’Europe à soutenir davantage la Grèce afin de gérer l’afflux de réfugiés.

 

(Extrait sonore:   William Spindler, porte-parole du HCR)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...