Le Cameroun accueille toujours 244.000 réfugiés centrafricains

Écouter /

Des réfugiés centrafricains sur les rives du fleuve Oubangui du côté de la RDCongo. Plus de 240.000 Centrafricains se sont également réfugiés au Cameroun. Photo :HCR/B.Sokol

En plus des réfugiés nigérians et des déplacés internes camerounais fuyant les exactions de Boko Haram, le Cameroun accueille également plus de 244.000 réfugiés centrafricains, dont les deux tiers ayant fui le pays depuis décembre 2013.  La plupart d’entre eux sont installés dans des sites et villages dispersés dans les régions de l’Est et de l’Adamaoua. Et l'image de la plupart des communautés hôtes, ces réfugiés centrafricains sont totalement démunis. D'où ce plaidoyer de l'équipe humanitaire de l'ONU au Cameroun.

 

A Genève, la Coordinatrice humanitaire de l'ONU au Cameroun est venue plaider la cause des réfugiés nigérians et déplacés camerounais victimes de Boko Haram, mais aussi celle des 244.000 réfugiés centrafricains dans ce pays.  Ces derniers résident généralement au sein de communautés d’accueil de l’Adamaoua et des localités du Cameroun oriental.  Et cette double présence de réfugiés nigérians et centrafricains rend la situation humanitaire très critique au Nord et l'Est du Cameroun.

Najat Rochdi, Coordinatrice Humanitaire de l'ONU au Cameroun :

« En fait, 50% de ces 240.000 réfugiés résident dans des familles et non pas dans les sites qui ont été mis en place par la communauté humanitaire. Donc ça veut dire qu'on a rajouté de la pression qui existait déjà sur les services sociaux et les services de base qui ne répondaient pas toujours forcément aux besoins de la population ».

Les organismes humanitaires continuent à renforcer la cohésion sociale entre réfugiés centrafricains et communautés hôtes camerounaises afin de réduire tout risque de conflit au sujet du contrôle des ressources naturelles sur place.

Il faut juste signaler que parmi ces réfugiés centrafricains au Cameroun, nombreux sont ceux qui appartiennent au peuple autochtone Mbororo et qui sont originaires des communautés de Bochambélé, Bouar et Yaloké, dans l'ouest et le nord de la Centrafrique.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Najat Rochdi, Coordinatrice Humanitaire de l'ONU au Cameroun)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...