Journée mondiale : l’ONU met l’accent sur la maltraitance des personnes âgées

Écouter /

Une personne agée nourrissant des pigeons dans Central Park à New York. Photo:UN Photo/Gaston Guarda

A l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi les individus du monde entier à joindre leurs efforts à ceux de l’Organisation afin de trouver des solutions à ce crime odieux.

« Il est tragique et déplorable que dans le monde d’aujourd’hui, les personnes âgées soient trop souvent négligées ou maltraitées. C’est une réalité douloureuse qui reste encore largement ignorée au sein des sociétés », a dénoncé le chef de l’ONU dans un message.

« Pourtant, le vieillissement de la population mondiale rend plus urgentes que jamais la promotion et la défense des droits des personnes âgées, qui devraient représenter plus de 20 % de la population mondiale d’ici à 2050 », a-t-il ajouté.

L’ONU estime en effet qu’entre 1995 et 2025, le nombre des plus de 60 ans dans le monde devrait au moins doubler et passer de 542 millions à environ 1,2 milliard. L’Organisation estime de 4 à 6% le pourcentage des personnes âgées qui ont connu une forme ou une autre de maltraitance à domicile. La maltraitance des personnes âgées peut entraîner de graves traumatismes physiques et avoir des conséquences psychologiques à long terme.

« Désireuse d’attirer l’attention sur cette injustice, l’Assemblée générale a proclamé le 15 juin Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées. Cette commémoration annuelle a permis d’engager un début de débat à l’échelle mondiale sur une question qui était auparavant taboue, et ils sont de plus en plus nombreux aujourd’hui à unir leurs forces pour défendre les droits des personnes âgées à une vie exempte de violences et d’abus », a déclaré le Secrétaire général.

M. Ban a par ailleurs expliqué que, le plus souvent, ce sont les membres de la famille qui sont en cause, qu’il s’agisse de négligences, de sévices psychologiques ou physiques ou d’abus financiers.

« D’après les résultats des études qui ont été effectuées, l’âge, le sexe et la dépendance sont des facteurs aggravants en ce qui concerne les risques d’abus, dont les femmes sont les premières victimes », a-t-il précisé.

Le Secrétaire général a par conséquent appelé les individus du monde entier à se joindre aux efforts de l’Organisation pour organiser des activités dans l’espoir de trouver des solutions.

« La maltraitance des personnes âgées, ce crime odieux, survient souvent dans le secret des espaces privés, ce qui rend encore plus nécessaire sa dénonciation publique dans les termes les plus forts. Nous devons faire preuve d’encore davantage de résolution pour régler ce problème dans le cadre des efforts plus larges que nous déployons pour que tous puissent vivre dans la dignité », a conclu M. Ban.

(Mise en perspective: Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...