HCR: près 60 millions de personnes se retrouvent aujourd’hui déracinées

Écouter /

Des réfugiés jurdes syriens traversent la frontière turque près de Kobani. (Photo : UNHCR / I. Prickett)

Selon un rapport du HCR publié aujourd'hui, les déplacements de populations générés par les guerres, les conflits et la persécution sont plus importants que jamais à travers le monde et ils accélèrent rapidement.

Le tout dernier Rapport du HCR sur les Tendances mondiales fait état d'une hausse considérable du nombre de personnes forcées à fuir, avec 59,5 millions de déracinés à la fin 2014 en comparaison de 51,2 millions l'année précédente et 37,5 millions il y a une décennie.

L'augmentation depuis 2013 est la plus importante jamais enregistrée en une seule année.

Cette hausse majeure survient depuis début 2011 après l'éruption du conflit en Syrie qui génère désormais le plus important déplacement de populations jamais enregistré à travers le monde.

En 2014, chaque jour, quelque 42 500 personnes sont devenues des réfugiés, des demandeurs d'asile ou des déplacés internes.

A travers le monde, un humain sur 122 est désormais soit un réfugié, soit un déplacé interne ou encore un demandeur d'asile.

Selon le HCR plus de la moitié de la population réfugiée est composée d'enfants.

Le nombre de réfugiés et de personnes déplacées internes est en hausse dans toutes les régions, avce un hausse de +12% en Amérique, jusqu'à +17% Afrique sub-saharienne, + 31% en Asie, + 51% en Europe et +19% au Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Ces cinq dernières années, au moins 14 conflits ont éclaté ou ont repris : huit en Afrique (en Côte d’Ivoire, en République centrafricaine, en Libye, au Mali, au nord du Nigéria, en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud et, cette année, au Burundi) ; trois au Moyen-Orient (en Syrie, en Iraq et au Yémen) ; un en Europe (Ukraine) et trois en Asie (Kirghizistan ainsi que dans plusieurs régions du Myanmar et du Pakistan).

Seul un petit nombre de ces crises ont été résolues et la plupart continuent de générer de nouveaux déplacements de populations.

En 2014, seulement 126 800 réfugiés ont pu retourner dans leurs pays d’origine, c'est le nombre le plus faible enregistré en 31 ans.

(Extrait sonore : António Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...