Epidémie coronavirus MERS en Corée du Sud: l’OMS appelle à la vigilance

Écouter /

Une équipe de l'OMS à Séoul lors d'une mission conjointe avec le Ministère sud-coréen de la santé sur l'épidémie de coronavirus MERS. Photo OMS/M. Van Kerkhove

La Corée du Sud a annoncé mercredi un 20e décès dû au coronavirus du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a précisé que 162 cas ont été confirmés et que 6500 contacts ont été identifiés en Corée du Sud. Face à cette situation, un comité d’experts s'est réuni hier par téléconférence sur l’épidémie en Corée du Sud. Dans ses conclusions publiées ce mercredi à Genève, le Comité d'urgence de l'OMS conclut que les conditions d’une urgence sanitaire de portée internationale ne sont pas réunies. L’OMS note toutefois que cette épidémie est « un signal d’alarme ».

 

Face à cette épidémie du coronavirus du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), l'Organisation mondiale de la santé conclut à un retard et des défaillances dans la réponse de la Corée du Sud. Le Comité d'urgence de l'OMS évoque un « signal d’alarme » et plaide pour une meilleure préparation de tous les pays. En attendant, le comité d’experts a dressé une longue liste de facteurs ayant facilité la propagation du virus à Séoul.  Il pointe du doigt le manque de sensibilisation du personnel sanitaire, l'insuffisance des mesures de prévention ou les contacts prolongés de patients infectés dans des salles d’hôpitaux.

En gros, l’épidémie a surpris tout le monde en Corée du Sud, ce qui a contribué à la propagation du virus, a déclaré le Directeur général adjoint de l’OMS pour la sécurité sanitaire, lors d’une conférence de presse ce mercredi à Genève. Keiji Fukuda a également expliqué que « le comité a décidé à l’unanimité que la situation est certes préoccupante mais qu’elle ne constitue pas encore une urgence sanitaire de portée internationale ».

A ce stade, l’OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages et au commerce avec la Corée du Sud. Des mesures spéciales de contrôle dans les aéroports et ports ne sont pas aussi nécessaires.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

Classé sous L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...