En Ouzbékistan, Ban Ki-moon souligne qu'il ne peut y avoir de paix et de développement sans respect des droits de l'homme

Écouter /

 

Des épaves de bateaux rouillées à Muynak, en Ouzbékistan, une ancienne ville portuaire dont la population a radicalement chuté suite à l'asséchement progressif de la mer d'Aral. Photo : Photo ONU / Eskinder Debebe (avril 2010)

Après le Kirghizistan, Ban Ki-moon était vendredi en Ouzbékistan où il a notamment rencontré le Président Ouzbek, Islam Karimov, ainsi que le Premier ministre, Shavkat Mirziyoyev. Intervenant devant la presse à Tashkent, Ban Ki-moon a notamment souligné qu'il ne peut y avoir de paix et de développement dans respect des droits de l'homme.

Ban Ki-moon a aussi indiqué que le Président Karimov et lui avait longuement discuté de la situation dans la mer d'Aral et des efforts à déployer, y compris sur le plan international, pour limiter l'impact de ce désastre écologique. Le Secrétaire général a souligné que la mer d'Aral n'était que l'un des nombreux défis communs auquel doit faire face la région d'Asie centrale dans son ensemble. Ban Ki-moon a parlé du problème de l'eau et de l'énergie, ainsi que du trafic de drogue, du terrorisme et de l'extrémisme violent.

Il a aussi souligné l'importance que revêtent la coopération régionale et la diplomatie préventive. Le Secrétaire général a d'ailleurs salué le rôle joué par l'Ouzbékistan pour initier le Traité sur la création d'une zone exempte d'armes nucléaires en Asie centrale, ainsi que pour appuyer la stabilité en Afghanistan.

Sur le plan national, s'il a salué l'adoption de plusieurs « bonnes lois », Ban Ki-moon a toutefois souligné que celles-ci doivent avoir une application dans la vie des gens. Le Secrétaire général a aussi pris note des progrès importants réalisés par l'Ouzbékistan pour éliminer le travail d'enfant dans l'industrie cotonnière.

(Mise en perspective : Tsigué Shiferaw)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...