Côte d'Ivoire : l'ONU aux côtés des autorités jusqu'à la réintégration et la resocialisation totale de l'ensemble des ex-combattants

Écouter /

Aïchatou Mindaoudou Souleymane, Représentante spéciale du Secrétaire général pour la Côte d’Ivoire-UN Photo/Basile Zoma

La dissolution par le gouvernement de l'ADDR, l'Association ivoirienne de désarmement, de démobilisation et de réintégration des ex-combattants n'est pas une surprise pour Aïchatou Mindaoudou. Selon la Représentante spéciale des Nations Unies en Côte d'Ivoire, cet acte est conforme à l'engagement pris par les autorités ivoiriennes. La Représentante spéciale réaffirme la disponibilité de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) pour accompagner la Côte d'Ivoire jusqu'au règlement définitif de la question.

Aïchatou Mindaoudou estime qu'il reste à peu près 14 000 ex-combattants qui ont déjà été désarmés et démobilisés et qui doivent maintenant être réintégrés et resocialisés. Donc cette étape qui va très certainement durer deux à trois mois ne nécessite pas que l'ensemble de la structure de l'ADDR reste en l'état. L'ADDR a été remplacée par une structure de coordination et d'accompagnement. L'ONUCI sera aux côtés des autorités ivoiriennes à travers la structures qu'elles auront créée pour que jusqu'à la fin l'ensemble des ex-combattants soient réintégrés et resocialisés.

Le Conseil des ministres de la Côte d'Ivoire a mis fin le 24 juin aux activités de l'ADDR et créé une nouvelle structure dénommée la Cellule de coordination de suivi et de réinsertion.

Selon le porte-parole du gouvernement, l'ADDR a réinséré 55 000 ex-combattants sur 64 000 qui se sont présentés dans ses structures.

(Extrait sonore : Aïchatou Mindaoudou, Représentante spéciale des Nations Unies en Côte d'Ivoire et cheffe de l'ONUCI; propos recueillis par Radi Razac Wilfried d'ONUCI-FM)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...