Centrafrique: l'UNICEF et l'Union européenne s'engagent dans la réhabilitation des écoles et de la santé infantile

Écouter /

Des enfants à Bria, en République centrafricaine. Photo ONU/Catianne Tijerina

La communauté internationale continue d'accompagner les autorités centrafricaines pour les aider à sortir de la crise et à trouver le chemin de la reprise et de la stabilité. A cet égard, l'Union européenne et l'UNICEF ont lancé ce vendredi deux programmes majeurs visant à relancer l'éducation de base et la santé maternelle et infantile dans les zones les plus affectées par le conflit.

Ces projets d'une valeur de plus de 25 millions d'euros (soit plus de Seize milliards de francs CFA) visent à améliorer la vie de plus de 350 000 enfants, dont un millier issus des groupes armés et des milices locales.

Dans un communiqué rendu public ce vendredi, le Représentant de l'UNICEF à Bangui, Mohamed Malick Fall, a souligné l'urgence de penser à la reconstruction durable des services sociaux de base «maintenant que la République Centrafricaine s'engage sur le chemin de la paix ».

Même son de cloque du côté de l'Union européenne et de son chef de la délégation en RCA. L'Ambassadeur Jean-Pierre Reymondet-Commoy a rappelé que ces deux projets témoignent de leur engagement à accompagner les autorités de transition centrafricaines dans leurs efforts pour entamer une reconstruction durable du pays. « Le succès reconnu du Forum de Bangui montre un réel désir d’engagement de toute la société centrafricaine dans la voie de la paix et d'un développement durable », a déclaré Jean-Pierre Reymondet-Commoy.

Doté d'un budget de 21 millions d'Euros, entièrement financé par l'Union européenne, le programme éducation vise à appuyer la reprise et le renforcement des services d'éducation de base, dans les préfectures de l'Ombella-Mpoko, Kemo, Nana-Gribizi, Bamingui-Bangoran et à Bangui. Il consistera en plusieurs volets, parmi lesquels la réhabilitation et l'équipement de plus de 300 écoles, la formation et le déploiement des enseignants, la prise en charge des enfants libérés des groupes armés et l'appui aux associations de parents d'élèves.

Le programme santé, avec un budget de 4,5 millions d'Euros dont 3 millions financés par l'Union européenne et le reste par l'UNICEF, sera concentré dans les préfectures les plus vulnérables (Nana-Mambere, Nana-Gribizi, Ouham, Ouaka, Bamingui-Bangoran et Haute-Kotto). Il vise à la prise en charge des enfants de moins de cinq ans (paludisme, infections respiratoires, diarrhée et malnutrition aigüe sévère), y compris au travers de structures communautaires. Ce financement vient en complément des 15 millions d'Euros fournis par l'Union européenne aux ONG au travers du Fonds Békou, destiné à soutenir les efforts du gouvernement pendant la période de transition.

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...