Centrafrique : l’ONU nomme les membres du panel censé examiner sa réaction aux allégations d’abus sexuels

Écouter /

Des enfants et des adultes déplacés s'abritent à l'extérieur d'une clôture de barbelés, dans un camp mis en place derrière l'aéroport international Mpoko de Bangui, en République centrafricaine (RCA). Photo : UNICEF / Pierre Terdjman

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé lundi la composition du panel externe chargé d’examiner la façon dont le système onusien a donné suite aux allégations d’abus sexuels contre des enfants en République centrafricaine.

Dans un communiqué de presse, Ban Ki-moon a déclaré qu’il demeurait profondément préoccupé par les allégations d’exploitation et d’abus sexuels contre des enfants qui auraient été commis par des forces militaires étrangères en République centrafricaine n’opérant pas sous le commandement de l’ONU.

M. Ban s’est également dit profondément préoccupé par la réaction du système de l’ONU à ces allégations.

Le Secrétaire général avait annoncé le 3 juin dernier son intention de procéder à un examen indépendant externe pour déterminer la façon dont le système onusien a donné suite à ces allégations.

Ban Ki-moon a annoncé aujourd'hui que le panel sera présidé par Marie Deschamps (Canada), une ancienne juge de la Cour suprême du Canada. Il sera également composé d’Hassan Bubacar Jallow (Gambie), l’actuel procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), et de Yasmin Louise Sooka (Afrique du Sud), la Directrice exécutive de la Fondation sud-africaine pour les droits de l’homme.

Le panel externe sera chargé de procéder à un examen indépendant de la réaction des Nations Unies aux allégations d’exploitation et d’abus sexuels commis par les forces militaires étrangères et évaluera l’adéquation des procédures en place. Il se penchera en outre sur « toute allégation d’abus de pouvoir ou d’actes de vengeance de la part de hauts responsables », a précisé le Secrétaire général.

Le panel travaillera de manière indépendente et aura un accès illimité à tous les documents de l’ONU, ainsi qu’aux membres du personnel onusien.

Le panel entamera ses travaux en juillet et devrait remettre au Secrétaire général son rapport, y compris ses recommandations sur la façon dont l’ONU devrait réagir à des allégations similaires à l’avenir, dans les dix semaines.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...