Cameroun : les conséquences humanitaires de Boko Haram

Écouter /

Des réfugiés dans le camp de Minawao, au Cameroun, après avoir fui les violences commises par Boko Haram au nord-est du Nigéria. Photo PAM/Sofia Endahl

A cause des exactions de Boko Haram et de la crise centrafricaine, le Cameroun abrite environ 244.000 réfugiés centrafricains à l'Est, et quelque 70.000 nigérians dans l'Extrême-Nord dont la prise en charge humanitaire s'associe à celle de 100.000 déplacés internes. Ces mouvements de populations viennent aggraver une situation humanitaire déjà précaire, avec plus de 1,2 million de personnes vulnérables à l'insécurité alimentaire au Cameroun.

Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, la Coordinatrice résidente et Coordinatrice Humanitaire de l'ONU au Cameroun décrit une situation très critique au Nord et l'Est du Cameroun.

Par exemple, la période de soudure actuelle et l'insécurité due à la présence de Boko Haram ont gravement perturbé les activités agricoles et le commerce transfrontalier dans l'Extrême-Nord camerounais. Dans ces localités, le taux de malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans, qui était déjà supérieur au seuil d'urgence de 15 pour cent établi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis janvier dernier, continue de se détériorer.

(Interview : Najat Rochdi, Coordinatrice résidente et Coordinatrice Humanitaire de l'ONU au Cameroun ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...