Boko Haram : plus d'un demi-million de personnes menacés de crise alimentaire au Nigéria et dans les pays voisins

Écouter /

Des réfugiés nigérians au camp de Sayam, au Niger (photo: PAM)

Plus d'un demi-million de personnes sont confrontées à une crise alimentaire aiguë au Nigéria et dans les pays voisins d'Abuja touchés par les violences de Boko Haram. Selon le Programme alimentaire mondial, les enfants réfugiés sont les plus exposés avec des taux de malnutrition qui dépassent largement le seuil d'urgence de 15% fixé dans ce genre de situation par l'Organisation mondiale de la santé.

Le Nigeria et les pays voisins (Cameroun, Niger et Tchad) continuent donc à faire face aux défis posés par les déplacements massifs de populations causés par les activités de Boko Haram. La situation sécuritaire reste toujours très imprévisible et les inquiétudes sur la menace des attaques de Boko Haram persistent toujours dans les pays voisins.

La violence engendrée par Boko-Haram au nord-est du Nigéria a d'ailleurs poussé des milliers de familles à fuir leurs maisons. Plus de 200.000 Nigérians se sont ainsi réfugiés au Niger, au Cameroun et  au Tchad. Selon le PAM, ces violences ont aussi obligé plus de 100.000 civils à se déplacer à l'intérieur du Cameroun. « C'est trois fois plus qu'au début de l'année et c'est extrêmement préoccupant », fait remarquer le porte-parole du PAM à Genève. Elisabeth Byrs rappelle que les enfants représentent 75% des réfugiés nigérians au Cameroun.  Les taux de malnutrition sont extrêmement élevés parmi cette tranche d'âge et ils dépassent le seuil d'urgence de 15%.

Face à cette situation, l'agence onusienne basée à Rome a fourni entre avril et mai dernier une assistance à plus de 200.000 personnes au Niger, au Cameroun et au Tchad.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...