Yémen : simplifier le contrôle des cargaisons pour accélérer l'aide humanitaire

Écouter /

En raison des pénuries de carburant, des charrettes tirées par des ânes sont encore utilisées pour fournir de l'eau potable aux personnes déplacées à l'intérieur à Hodeida, au Yémen. Photo : l'OMS

Lors d'un point de presse à Genève, Johannes Van Der Klaauw, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies au Yémen, intervenant par audioconférence du Yémen, a déclaré que la situation humanitaire dans le pays demeure extrêmement préoccupante et que les besoins ne cessent de croître. Une telle situation est la conséquence à la fois du conflit et de la mise en œuvre du régime de l’embargo sur les armes. Aussi, importe-t-il de simplifier le contrôle des cargaisons, effectué conformément à l'embargo, pour accélérer l'aide humanitaire, fait valoir le Coordonnateur.

Le Coordonnateur a fait valoir que le conflit a un impact terrible sur les civils, plus de 1.600 d’entre eux ont été tués. Il y a maintenant plus de 450 000 personnes déplacées. Plus de 29.000 Yéménites et étrangers ont quitté le pays jusqu’à présent.

Johannes Van Der Klaauw souligne que l'embargo sur les armes et son régime d’inspection ont généré une augmentation sensible des biens commerciaux dont les prix ont atteint des sommets. Le Coordonnateur estime que le régime actuel devrait être simplifié et rendu plus rapide, de sorte que 'acheminement du carburant et des autres biens de première nécessité pourrait se faire plus facilement. Si du carburant supplémentaire n'est pas disponible au cours des prochaines semaines, a-t-il averti, les hôpitaux devront fermer et le fonctionnement des installations d’eau et d’assainissement sera interrompu, faute de carburant pour les générateurs.

La pause humanitaire a été conçue pour fournir aux civils une chance de sortir des zones de conflit. Elle a également permis aux humanitaires d'évacuer les cadavres, d'aider les blessés et de fournir des traitements médicaux nécessaires, mais aussi d'apporter des médicaments et autres matériels. Les agences humanitaires devraient également pouvoir fournir une assistance pour sauver des vies, en particulier dans les zones difficiles d'accès Il semble que des fournitures et du personnel supplémentaires pourront atteindre le pays pendant la pause en cours.

Johannes Van Der Klaauw a déclaré que le Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) se félicite de l'instauration de trêve car elle a permis aux civils de s’échapper des zones de combats. Afin de tirer parti au maximum de la trêve, les parties au conflit devaient respecter les garanties données. Les déclarations d’intention ont été signées, et la trêve a été généralement respectée, en dépit d’escarmouches occasionnelles.

Johannes Van Der Klaauw a expliqué que ce n'est pas à proprement parler un cessez-le- feu, mais plutôt une pause humanitaire temporaire. L’équipe humanitaire espérait être en mesure de nourrir 700.000 Yéménites et de fournir 500.000 Yéménites un soutien médical d’urgence.

De son côté, Trond Jensen, Chef du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Yémen, parlant aussi du Yémen par téléphone, a ajouté que toute la population dans le besoin ne serait pas atteinte au cours de la pause humanitaire. L’objectif est d’atteindre les plus vulnérables, en particulier ceux rendus vulnérables par le conflit et ceux qui n'étaient pas accessibles auparavant. L’accent sera aussi placé sur la mise en œuvre d'actions dans des endroits comme Aden, où il avait été impossible de le faire plus tôt. Un effort humanitaire en cours se déroule dans le pays, indépendamment de la pause actuelle.

Pour sa part, Tarik Jasarevic pour l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a déclaré que le représentant de l’OMS et le Coordinateur d’urgence étaient au Yémen dans le cadre d’une mission inter-agences pour rencontrer les autorités de santé locales, apprendre davantage sur les besoins immédiats et discuter de la façon dont cette pause pourrait être mieux utilisée. L'OMS va envoyer 20 tonnes de médicaments et de fournitures médicales de Djibouti à Hodeida. L'envoi comprend des kits interorganisations, des kits de maladies diarrhéiques, de l’eau et des kits d’hygiène, ainsi qu’une cargaison de médicaments anti-paludiques.

(Extrait sonore : Johannes Van Der Klaauw, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies au Yémen)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...