PNUE : l'enjeu du recyclage des e-déchets

Écouter /

Décharge de déchets électroniques à Accra au Ghana (Photo d’archives: PNUE/Kai Loeffelbein).

Une importante réunion consacrée aux produits chimiques et déchets dangereux commence aujourd'hui à Genève. Les parties prenantes des Conventions de Bâle, Stockholm et Rotterdam se retrouveront jusqu'au 15 mai prochain pour examiner plusieurs dossiers qui sont sur la table des négociations. Amiante, autres herbicides et déchets électroniques sont au cœur des discussions.

 

Les déchets électroniques sont au centre des préoccupations du Programme des Nations Unies pour l'environnement. Jusqu'au 15 mai, cette réunion, qui se tient à Genève, examinera certains aspects des déchets dangereux et surtout électroniques.  Il s'agit de voir, par exemple, comment limiter les exportations de téléphones portables usagés dans les pays industrialisés et leur transformation dans les pays en développement souvent dans des conditions dangereuses pour l'environnement et les populations locales.

Car sur le terrain, la production des déchets électroniques ne faiblit pas et a atteint un record l'année dernière. Le Secrétaire exécutif des Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm,  parle ainsi d'une crise invisible voire silencieuse, en mettant en lumière le nombre de fours à micro-ondes, de machines à laver, de souris d’ordinateurs ou encore de piles jetés à la poubelle. Selon Rolph Payet,  il y a eu 41,8 millions de tonnes de déchets électroniques en 2014.

Dans ces conditions, la réunion de Genève permettra de « déterminer à partir de quand un équipement électronique devient un déchet». Et il faut s'attendre à l'adoption de nouvelles lignes directrices visant à optimiser le cycle de vie des e-déchets et leur élimination.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...