Peuples autochtones : le plaidoyer du peuple Batwa du Burundi

Écouter /

Femme et son enfant Batwa dans les collines de Mirombero au burundi. Photo ONU: Mario Rizzolio

La Quatorzième session de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones s’est réunie pendant dix  jours au Siège de l’ONU, à New York, du 21 avril au 1er mai.

L’Instance permanente est un organe consultatif de haut niveau qui traite des questions autochtones sur le développement économique et social, la culture, l’environnement, l’éducation, la santé et les droits humains.

Outre ces six domaines, chaque session est thématiquement centrée sur une question spécifique. Le Forum de cette année, s’est ainsi concentré sur les droits économiques, sociaux et culturels des peuples autochtones,  et sur la Déclaration des Nations Unies reconnaissant les droits des peuples autochtones à la santé, l’éducation, l’eau potable et l’assainissement, mais d’une manière qui soit « culturellement appropriée ».

L’Union des peuples autochtones pour le réveil au dévelopment (UPARED) a participé comme nombre d’autres organisations à cette session. Elle  a été créée par les Batwa du Burundi en 2005 et a été agréée en 2013. Son Président, Yves Minani, a expliqué la situation des Batwas au Burundi qui selon lui ont été victimes de discriminations dans le pays. Les étudiants achèvent leur scolarité avec un minimum d’instruction, ce qui les exclut de l’enseignement supérieur. Yves Minami exhorte le gouvernement à fournir des terres fertiles pour le peuple batwa, qui vit actuellement dans des zones pierreuses qui ne favorisent pas l’agriculture, et à leur offrir un enseignement primaire et secondaire.

(Interview: Yves Minani, Président de l’Union des peuples autochtones pour le réveil au développement; propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous Dossiers, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...