Migration : la CPI doit déterminer si les crimes liés aux migrations à partir de la Libye relèvent de son mandat

Écouter /

Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale (Photo: ONU/R.Bajornas)

Lors de la réunion du Conseil de sécurité consacrée à l’examen du rapport de la Cour pénale internationale (CPI) sur la situation en Libye, mardi, plusieurs États Membres ont évoqué leur préoccupations face au nombre de migrants morts en mer Méditerranée en tentant d'échapper à la crise dans leur pays.

Ces préoccupations font suites à celles exprimées en début de semaine par l'Union européenne (UE) et l'Union africaine (UA), lors d'une séance sur les organisation régionales qui avait principalement traité de l'afflux des migrants vers l'Europe par la mer Méditerranée. L’UE et l’UA avaient alors souligné que l'instabilité croissante dans le pays profitait aux réseaux criminels et trafiquants qui lançaient leurs opérations depuis les côtes libyennes.

Pour remédier à ce phénomène, la communauté internationale a non seulement évoqué la sauvegarde des vies par le renforcement des opérations maritimes mais aussi la poursuite des réseaux criminels de trafiquants des migrants.

Lors d'un entretien avec la Procureure de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, la Radio des Nations Unies a demandé si la Cour avait une compétence quelconque par rapport au phénomène des migrations qui partent de la Libye.

 

(Extrait sonore : Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...