L'Accord pour la paix au Mali – vers un nouveau contrat social

Écouter /

 

Le porte-document contenant l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé le 15 mai à Bamako. Photo: MINUSMA/Marco Dormino

La signature, le 15 mai, à Bamako, de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a été saluée le Secrétaire général, Ban Ki-moon, qui y a vu un pas important vers l’établissement d’une paix durable au Mali, bien que l'ensemble des parties au processus conduit pas Alger n'y ait pas adhéré. En effet, l'Accord n'a été signé que par le Gouvernement du Mali et les groupes armés de la Plateforme, la Coordination des Mouvement de l'Azawad, souhaitant poursuivre les discussions.

Pour faire le point sur les enjeux de cette signature, notre confrère Mohamed Touré a reçu dans les studios de Radio Mikado le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour le Mali, Arnauld Akodjènou.

Ce dernier souligne que l'Accord appelle à l'esprit de réconciliation et devrait permettre d'établir les bases d'un nouveau contrat social pour que le Mali puisse aller de l'avant.

« Je suis conscient qu'un accord difficile à faire accoucher mérite une plus grande attention et une plus grande vigilance », affirme Arnauld Akodjènou pour qui « l'inclusivité et l'appropriation » sont les deux éléments capitaux à la mise en œuvre de l'Accord pour la paix au Mali.

Interview : Arnauld Akodjènou, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour le Mali

_ Interview : Mohamed Touré, Radio Mikado

_ Présentation et production : Isabelle Dupuis

_ Mixage et Prise de son : Carlos Macias

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...