Journée des sages-femmes : augmenter les investissements pour sauver davantage de vies

Écouter /

Photo: UNFPA-Tunisie

A l’occasion de la Journée internationale des sages-femmes, le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Babatunde Osotimehin, a appelé la communauté internationale à augmenter le nombre des sages-femmes et la qualité de leurs services pour sauver davantage de vies.

M. Osotimehin s’est félicité des progrès réalisés en matière de santé maternelle ces dernières années. « La mortalité maternelle a chuté de près de 50%, passant d’environ 523.000 décès en 1990 à 289.000 aujourd’hui, selon le dernier décompte », a-t-il souligné dans une déclaration à l’occasion de cette journée.

Le chef du FNUAP a toutefois estimé que ces progrès n’étaient pas suffisants, alors que près de 800 femmes continuent de mourir chaque jour de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement.

« Nous devons faire plus. Et nous devons commencer par former et augmenter le nombre de sages-femmes », a-t-il dit, rappelant que les sages-femmes éduquées et formées aux standards internationaux peuvent fournir 87% des soins essentiels dont ont besoin les femmes et leurs nouveaux nés.

« Aujourd’hui, nous appelons à davantage d’investissements pour augmenter le nombre de sages-femmes et renforcer la qualité et l’étendue de leurs services. Un fort engagement politique et un fort investissement dans les sages-femmes est nécessaire pour sauver des millions de vies chaque année », a ajouté M. Osotimehin.

Selon lui, le besoin de systèmes sanitaires solides a été confirmé par l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, où des femmes enceintes ont eu du mal à trouver des services de santé disponibles leur permettant d’accoucher en toute sécurité.

 

Actuellement, le FNUAP offre des livres, des équipements de formation et des éducateurs à plus de 250 écoles de sages-femmes et a aidé à former plus de 15.000 sages-femmes à travers le monde.

M. Osotimehin a rappelé qu’au cours des quatre dernières années, plus de 35 pays ont promis de renforcer les services de sages-femmes. L’Ethiopie a ainsi promis de quadrupler le nombre de sages-femmes et le Bangladesh a déclaré qu’il formerait 3.000 sages-femmes supplémentaires.

(Interview Charlotte Renard, Coordinatrice des associations membres de la Confédération internationale des sages-femmes (ICM), propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...