IDMC/HCR : nouveau record de 38 millions de déplacés internes dans le monde

Écouter /

Une jeune fille déplacée à Alep en Syrie (Photo: OCHA /J. Guerrero)

Le nombre de personnes considérées comme déplacées dans leur propre pays, en raison des violences et conflits internes, a atteint 38 millions à la fin de l’année 2014. C'est l’équivalent des populations cumulées des trois  mégapoles de Londres, New-York et Pékin. Selon un rapport de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), plus de 30.000 personnes supplémentaires ont été contraintes de fuir chaque jour leur maison dans leur propre pays.  Selon ce document du HCR et du Conseil norvégien pour les réfugiés présenté mercredi à Genève, cinq pays, l’Iraq, le Soudan du Sud, la Syrie, la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria concentrent les 60% des nouveaux déplacés.

A ce chiffre sans précédent, il faut ajouter quelque 16 millions de réfugiés recensés par le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), soit au total au moins 54 millions de déplacés et réfugiés. « Ces chiffres concernant les déplacements forcés, les pires jamais enregistrés en une génération, trahissent notre incapacité la plus totale à protéger des civils innocents », a déploré Jan Egeland, Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

Le rapport montre qu'au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 3,8 millions de personnes supplémentaires ont fui leur domicile l’an dernier, une augmentation de 9% sur un an. Cela porte le nombre de déplacés internes dans la région à 11,9 millions, soit 31% du total. La Syrie compte le plus grand nombre de déplacés internes au monde, soit 7,6 millions, 20% du total. Les civils iraquiens font partie de ceux qui ont le plus souffert des déplacements internes en 2014, avec au moins 2,2 millions de personnes ayant quitté leurs foyers. Le nombre de déplacés en Libye a été multiplié par six, à au moins 400’000.

L’Afrique subsaharienne compte 11,4 millions de déplacés dans 22 pays. Le Soudan en recense 3,1 millions, la RDC 2,8 millions, le Soudan du Sud 1,5 million, la Somalie 1,1 million et le Nigeria au moins un million. Plus de trois millions de personnes supplémentaires ont été contraintes de fuir cette région. L’augmentation la plus forte a été constatée en République centrafricaine avec 438.500 déplacés internes. Les attaques du groupe extrémiste Boko Haram sont responsables du déplacement d’au moins les trois quarts du million de nouveaux déplacés au Nigeria.

(Extrait sonore : Alexandra Bilak, Directrice de la recherche et des politiques de l’Observatoire IDMC ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Dossiers, Femmes et enfants.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...