En l’honneur des victimes de la Seconde Guerre mondiale, l’ONU réaffirme son adhésion à la paix universelle

Écouter /

 

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) et le Président de l'Assemblée générale Sam Kutesa plantent un arbre pour se souvenir de tous les victimes de la Seconde guerre mondiale. Photo ONU/Mark Garten

Dans le cadre des commémorations du soixante-dixième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, des hauts responsables de l’ONU ont rappelé mardi les circonstances dramatiques ayant donné naissance à l’Organisation des Nations Unies et ont pris la mesure du chemin parcouru depuis lors.

A l’occasion d’une cérémonie commémorative organisée dans la matinée au siège de l’Organisation à New York, durant laquelle un arbre a été planté en guise de symbole de paix et d’unité, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a évoqué le lourd bilan humain de la Seconde Guerre mondiale.

« Le sol était alors maculé de sang – le sang des soldats courageux de plusieurs nations tombés en combattant le fascisme et des millions de victimes de l’Holocauste et des autres crimes de la Seconde Guerre mondiale », a déclaré M. Ban, en l’honneur des dizaines de millions de personnes mortes « sans savoir pourquoi elles devaient mourir ».

C’est dans ce contexte tragique, a rappelé le Secrétaire général, que les Nations Unies sont nées.

« Bien que le sol fusse alors boueux, la nouvelle Organisation a malgré tout pris racine et a grandi, nourrie par la flamme des droits de l’homme, le partage du fardeau de la sécurité collective et notre croyance commune dans le développement humain », a-t-il ajouté.

Si, aujourd’hui, l’ONU peut contempler le chemin parcouru et se montrer fière de son bilan, sa route n’en a pas moins été semée d’embuches et de revers, a reconnu M. Ban, se référant notamment aux nombreux conflits toujours en cours dans le monde.

« En plantant cet arbre aujourd’hui, nous nous souvenons de tous ceux qui sont morts et se sont sacrifiés en l’honneur de la mission énoncée dans la Charte des Nations Unies », a affirmé M. Ban.

Egalement présent lors de cette cérémonie, le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, Sam Kutesa, est revenu sur la conférence de San Francisco qui a eu lieu du 25 avril au 26 juin 1945, quelques mois avant la fin du conflit mondial, à l’issue de laquelle l’Organisation a formellement vu le jour avec la signature de la Charte des Nations unies.

M. Kutesa a par ailleurs salué l’occasion donnée par cette commémoration de renouveler l’adhésion de la communauté internationale aux idéaux des Nations Unies.

« Dans de nombreuses cultures à travers le monde, planter un arbre symbolise la paix universelle et l’espoir », a déclaré le Président de l’Assemblée. « Cet arbre en particulier, le cerisier pleureur, est un symbole de deuil pour les morts. Les fleurs blanches du cerisier pleureur ont également une valeur symbolique, évoquant la pureté et la renaissance », a-t-il ajouté.

S’exprimant plus tard dans la matinée au podium de l’Assemblée générale de l’Organisation, lors d’une séance plénière extraordinaire en hommage à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale, M. Kutesa a appelé la communauté internationale à ne jamais oublier la responsabilité qui lui incombe de s’opposer aux tyrans et aux despotes.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...