Journée internationale des Casques bleus : Oscar Ouedraogo, travaille à réformer la gestion des prisons en RCA

Écouter /

Oscar Ouedraogo, Casque bleu de l'ONU, est officier pénitentiaire au sein de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA). Photo : MINUSCA

A 35 ans, c'est la première fois qu'Oscar Ouedraogo est déployé dans le cadre d'une mission de maintien de la paix des Nations Unies. Ce Burkinabé, officier pénitentiaire au sein de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), est arrivé le 20 septembre 2014 à Bangui, la capitale centrafricaine.

Au Burkina Faso, Oscar Ouedraogo, qui est originaire de la ville d'Ouahigouya, au nord, travaillait dans l'administration pénitentiaire de son pays depuis huit ans. Il a notamment été directeur- adjoint de la prison de la capitale Ouagadougou, pendant environ deux ans.

« La volonté de travailler au sein d'une opération de maintien de la paix est née de mon expérience dans mon pays », a-t-il expliqué dans un entretien téléphonique avec le Centre d'actualités de l'ONU, à quelques jours de la Journée internationale des Casques bleus, qui sera célébrée le 29 mai.

« L'objectif des opérations de maintien de la paix, c'est de contribuer à donner le sourire à des peuples en difficulté. Et je pense que nous qui avons l'opportunité d'avoir une certaine paix, il est de notre devoir d'œuvrer à apporter ce sourire-là, cet espoir-là à d'autres peuples », a-t-il ajouté.

Suite à plusieurs années de crise, la plupart des institutions carcérales en République centrafricaines ont été détruites. Sur une soixantaine de prisons qui existaient avant le conflit, seules deux sont aujourd'hui fonctionnelles.

« La situation de crise a créé un certain besoin de justice au sein de la population centrafricaine et pour répondre à ce besoin de justice il faut que les tribunaux soient fonctionnels, il faut que les prisons soient aussi fonctionnelles », a déclaré Oscar Ouedraogo.

Quant à l'administration pénitentiaire centrafricaine, elle compte un peu moins de 100 employés pour l'ensemble pays. Ces derniers ne sont pas suffisamment formés et équipés, et la sécurité dans les prisons est assurée par l'armée, notamment la Garde républicaine.

Dans le cadre de la restauration de l'état de droit en République centrafricaine, la MINUSCA s'efforce d'élaborer et de mettre en œuvre, en étroite collaboration avec les autorités centrafricaines et ses partenaires, une stratégie en vue d'une démilitarisation progressive des centres de détention.

(Extrait sonore:  Oscar Ouedraogo, officier pénitentiaire au sein de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA); propos recueillis par Jérôme Bernard)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...