Centrafrique : l’ONU salue l’adoption du Pacte républicain pour la paix

Écouter /

Forum de Bangui photo ONU Catianne Tijerina

L’Experte indépendante des Nations unies sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine (RCA), Marie-Thérèse Keita-Bocoum, a salué mercredi l’adoption du Pacte républicain pour la paix, la réconciliation nationale et la reconstruction en République centrafricaine à l’issue du Forum de Bangui sur la réconciliation nationale.

Du 4 au 11 mai 2015, environ 600 représentants des autorités de la transition, des groupes armés, des partis politiques et des membres de la société civile ont participé aux débats dans la capitale de la RCA, qui ont porté sur la paix et la sécurité, la justice et la réconciliation ainsi que sur la gouvernance et le développement économique et social.

Il s’agit là d’un « pas important vers la reconstruction d’une société centrafricaine basée sur les principes de démocratie, de justice sociale et de bonne gouvernance », a déclaré Mme Keita Bocoum dans un communiqué de presse.

« Un des résultats majeurs de ce Forum est l’accord sur la mise en place effective d’une Cour Pénale Spéciale et l’engagement des parties prenantes à mettre en œuvre un processus de justice transitionnelle », a-t-elle souligné.

« Le peuple centrafricain réclame la fin de l’impunité pour les violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Aucun crime ne doit rester impuni », a-t-elle ajouté, tout en félicitant la décision des participants au Forum de souligner l’importance d’introduire une clause constitutionnelle prohibant toute possibilité d’octroi d’amnistie aux auteurs des crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de génocide.

« La signature d’un accord sur le DDRR – Désarmement, Démobilisation, Réhabilitation, Réintégration – doit signifier l’engagement définitif des groupes armés dans le processus de consolidation démocratique et la fin des violences contre les civils », a poursuivi Mme Keita Bocoum.

Mme Keita Bocoum a appelé en conclusion tous les acteurs de la République centrafricaine à tenir leurs engagements. « Nous ne pouvons pas nous permettre un échec. Les victimes centrafricaines doivent panser leurs blessures et obtenir justice et réparations pour ouvrir enfin la voie à la réconciliation et au retour à une paix juste et durable. Je veux assurer les Centrafricains de mon appui dans la mise en œuvre de ces engagements importants », a-t-elle déclaré.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...