Centrafrique: des groupes armés s’engagent à relâcher les enfants soldats

Écouter /

Cet accord pour la libération des enfants soldats a été signé en marge du Forum de Bangui qui se tient présentement dans la capitale de la RCA (Photo:UN/D.Balepe).

Lueur d'espoir à Bangui. En marge du Forum de Bangui, les chefs de huit groupes armés centrafricains se sont engagés ce mardi 5 mai dans la capitale centrafricaine à relâcher plusieurs milliers d’enfants soldats ainsi qu’à cesser tout recrutement d’enfants. Parmi les signataires, figurent des représentants de l’ex-rébellion Séléka et des milices anti-balaka.

De 6.000 à 10.000 enfants seraient intégrés dans les différents groupes armés et rébellions qui sévissent depuis des années en Centrafrique. Ce chiffre inclut les combattants, mais aussi ceux qui sont abusés d’une autre façon, à des fins sexuelles, des cuisiniers, des messagers.

« Ceci est une étape importante dans la protection des enfants dans ce pays. Ce pays est un des pires au monde pour les enfants après deux années de conflit et l’Unicef souhaite travailler avec les autorités locales pour aider à réunir ces enfants et leurs familles » a déclaré l’Unicef dans un communiqué.

Par ailleurs, les dirigeants des groupes armés ont également convenu de donner à l’Unicef et ses partenaires un accès immédiat et sans restriction aux zones sous leur contrôle. Toutefois, aucun calendrier n’a été fixé pour la libération des enfants concernés.

Il faut juste signaler l'Unicef et ses partenaires avaient déjà permis la libération de plus de 2.800 enfants centrafricains dont 646 filles en 2014 et de plus 500 en 2013.

(Interview : Christophe Boulierac, porte-parole de l’Unicef à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...