Burundi : le Haut-Commissaire Zeid alarmé par la vague de violence

Écouter /

Le Haut-Commissaire Zeid Ra'ad Al Hussein (photo: ONU/J.M: Ferré)

Lors d'une rencontre avec les pays membres du Conseil des droits de l'homme, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme s'est alarmé, ce mardi à Genève, les nombreux abus commis depuis l'éclatement du conflit civil au Soudan du Sud il y a plus de dix-huit mois.  Il s'est également insurgé contre le sort des migrants qui périssent lors de traversées désespérées en Asie du sud-est et en Méditerranée. Et ce discours du Chef des droits de l'homme de l'ONU a également porté sur le Burundi où la tension politique est à son comble.

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra’ad Al Hussein :

« Au cours de ma mission au Burundi le mois dernier, je fus effrayé par la violence de la milice Imbonerakure, qui est un fervent partisan du gouvernement du président Nkurunziza. J'ai trouvé alarmant cet harcèlement à motivation politique, les menaces, et discours de haine. La tentative de coup d’Etat du 13 mai, et l’assassinat du leader de l’opposition Zedi Feruzi samedi, ont encore renforcé cette tension. Des membres des partis d’opposition, des journalistes, d’éminents défenseurs des droits humains, et beaucoup de citoyens ordinaires craignent toujours pour leur vie. Quand je suis parti Burundi, le 15 Avril, 6000 Burundais avaient fui le pays par crainte de violence politique et d’intimidation. Cinq semaines plus tard, ce nombre a grossi jusqu'à 110.000 personnes effrayées par la tension politique.

Il s'agit d'un pays qui a une connaissance profonde et terrible des conséquences potentielles d'une poussée de violence. Après une décennie de reprise de la croissance et de prospérité, ces récents événements sont un revers important. Mais nous pouvons encore éviter le chemin qui pourrait nous ramener aux tragédies du passé ».

Tout en saluant les efforts diplomatique déployés par les acteurs régionaux et internationaux, notamment de l'Envoyé spécial de l'ONU pour la région des Grands Lacs, le Chef des droits de l'homme de l'ONU espère que le Conseil pourra envoyer un message fort aux acteurs nationaux burundais pour que cesse cette vague de violence au Burundi.

(Extrait sonore : Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...