Burundi: Ban Ki-moon condamne l'assassinat de Zedi Feruzi

Écouter /

Des barricades en feu à Bujumbura, au Burundi. © Desire Nimubona/IRIN

Le Secrétaire général des Nations Unies a condamné l’assassinat de Zedi Feruzi, chef de file d’un parti burundais de l’opposition, Union pour la paix et le développement (UPD) Zigamibanga, et de son garde du corps samedi à Bujumbura, au Burundi.

Selon Ban Ki-moon, ce crime, ainsi que l'attaque abjecte à la grenade au marché central de la capitale le 22 mai ayant causé la mort de deux personnes et de nombreux blessés, risque d’accroître la méfiance et de déclencher d’autres violences dans le pays.

Le chef de l'ONU exhorte les autorités burundaises à traduire rapidement en justice les auteurs de ces crimes. Il présente ses plus sincères condoléances aux familles des personnes tuées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Selom lui, ces actes de violence sont un rappel poignant à tous les dirigeants politiques burundais de la nécessité de faire preuve de responsabilité pour résoudre la crise politique actuelle et de placer la paix et la réconciliation nationale au dessus des intérêts partisans.

Le Secrétaire général réitère ses appels au calme et à la retenue. Il appelle les autorités burundaises à faire respecter les droits de l’homme de tous les Burundais, y compris la liberté de réunion, d'association et d’expression, et à prendre des mesures concrètes pour empêcher les assassinats et la violence politiques.

Aussi il encourage les parties burundaises à poursuivre le dialogue politique consultatif que son Envoyé spécial, Said Djinnit, facilite avec des représentants de l'Union Africaine (UA), de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC), du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), et de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

Ban Ki-moon appelle enfin les parties au dialogue politique consultatif à ne pas être dissuadées par ceux qui, par la violence, cherchent à empêcher la mise en place d’un environnement propice à des élections pacifiques, crédibles et inclusives au Burundi.

Des propos qui ont été largement repris dimanche dans une Déclaration à la presse du Conseil de sécurité.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...