Burundi : 300 à 400 nouveaux cas de choléra par jour parmi les réfugiés en Tanzanie

Écouter /

Le HCR achemine un camion d'eau potable: une des réponses à l’épidémie de choléra à Kagunga en Tanzanie (UNHCR/B.Loyseau).

Près de 110.000 Burundais, fuyant la crise politique dans leur pays, ont trouvé refuge dans les pays voisins, dont 64.000 en Tanzanie.  Une épidémie de choléra, qui s’est déclarée parmi ces réfugiés et les populations hôtes, a fait 31 morts. Selon le HCR, près de 400 cas nouveaux cas de choléra sont signalés quotidiennement sur ces rives du lac Tanganyika.

 

La surpopulation et les mauvaises conditions sanitaires dans les camps de réfugiés burundais en Tanzanie sont à l'origine de cette épidémie de choléra. Selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, la maladie a fait trente-un morts dont 29 réfugiés burundais. Les agences humanitaires onusiennes redoutent une aggravation de la situation d'autant plus que 3000 patients ont été jusqu'ici répertoriés. Un bilan qui pourrait s'alourdir avec ces 300 à 400 cas désormais signalés quotidiennement  dans le village de Kagunga, à l'Ouest de la Tanzanie. Le HCR rappelle d'ailleurs que le choléra est endémique sur ces rives du lac Tanganyika qui abritent des milliers de Burundais qui ont fui les violences politiques dans leur pays pour s'exiler en Tanzanie.

Et les enfants constituent plus de la moitié de ces réfugiés. D'où l'inquiétude du porte-parole de l'UNICEF, Christophe Boulierac :

 « Nous estimons que sur les 64.000 réfugiés qui se sont rendus en Tanzanie, il y aurait environ 60% d'enfants. Donc ces risques de choléra, les enfants étant particulièrement vulnérables, mettent beaucoup de vie d'enfants en danger. »

Les agences humanitaires de l'ONU ont lancé une opération d’urgence pour tenter de circonscrire l’épidémie de choléra des deux côtés de la frontière entre le Burundi et la Tanzanie.

Alpha Diallo, Genève, pour la Radio des Nations Unies

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...