Yémen : l'ONU lance un appel de fonds de 273,7 millions de dollars

Écouter /

Au milieu des combats, le PAM distribue des vivres à105.000 personnes déplacées à Aden, au Yémen. Photo : PAM

Pour répondre aux besoins vitaux et de protection de plus de 7,5 millions de personnes touchées par l’intensification du conflit, l’ONU et ses partenaires humanitaires au Yémen ont demandé vendredi une contribution urgente de 273,7 millions de dollars . « Ce conflit dévastateur se déroule dans un contexte de crise humanitaire qui était déjà une des plus grandes et complexes au monde », a souligné le Coordonnateur humanitaire, Johannes Van Der Klaauw.

Les civils continuent de payer un lourd tribut dans le conflit. Près de 731 personnes ont été tuées, 2754 blessées du 19 mars au 12 avril 2015, y compris un grand nombre de civils. Au moins 150 000 personnes ont été déplacées.

Les Nations Unies rappellent que ce conflit s'est intensifié considérablement depuis mars et s'est étendu à plusieurs parties du pays. 18 des 22 gouvernorats que compte le Yémen sont maintenant touchés par des frappes aériennes. Dans le sud du pays, le conflit armé a continué de s'intensifier, particulièrement à Aden où les combats de rue généralisés continuent et atteignent aussi les quartiers résidentiels.

Cette dégradation de la situation se manifeste par le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire qui est passé de 10,6 millions à 12 millions. Des hôpitaux, écoles, aéroports et mosquées à travers le pays ont été détruits et des rapports font état de sérieuses violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire.

Ces fonds permettront de subvenir aux besoins des plus vulnérables. Et l'urgence pour les humanitaires est de fournir des médicaments, l'eau potable, la protection, l'assistance alimentaire, les abris d'urgence et le soutien logistique. Les organisations humanitaires ont besoin de toute urgence de ressources pour la gestion d'un nombre important de victimes. La protection physique des civils est une priorité majeure, surtout pour les personnes déplacées, les réfugiés, les migrants et les communautés touchées par le conflit.

Par ailleurs, l'accès aux personnes à travers le pays reste extrêmement limité en raison de l'insécurité et des défis logistiques. Cela inclut également les difficultés liées à l'acheminement des fournitures d'urgences et des travailleurs humanitaires au Yémen ainsi qu'au transport du matériel et du personnel dans les localités touchées par le conflit.

(Interview : Jens Laerke, porte-parole d'OCHA à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...