Yémen : l'OMS dénonce les violences contre les travailleurs et établissements de santé

Écouter /

Photo : Irin News

Alors que la situation humanitaire au Yémen continue de se détériorer et les attaques sur les établissements et sur les travailleurs de santé se multiplient, l’Organisation mondiale de la santé a appelé mardi à mettre un terme à ces attaques et à donner un accès accru afin de mettre en place une réponse de la santé à plus grande échelle.

Selon le Représentant de l’OMS au Yémen, le docteur Ahmed Shadoul, les besoins d'appui à l’intérieur du pays est énorme mais la menace constante et l’insécurité empêchent les travailleurs et les établissements de santé d'apporter une réponse efficace.

Selon les points focaux de l’OMS au Yémen, le personnel de santé et les ambulances transportant des patients sont à risque d’attaque constamment. Dans le gouvernorat de Saada, un certain nombre de personnel de santé ont quitté leurs lieux d’affectation en raison de la crainte d’attaques sur les installations de santé.

Lundi, des militants sont entrés dans le principal hôpital d’Aden, l’hôpital Al Jumhouria, et a commencé à tirer. Les patients et les médecins ont fui dans la terreur. Le principal hôpital public de Haradh qui sert plus de 150.000 personnes est presque désert suite à l'attaque le 24 Avril.

Le 19 Avril, l'hôpital privé Al-Safa’a dans le gouvernorat de Hajja a été frappé et les établissements de santé ont également été détruits dans le gouvernorat d’Aden.

L’entrepôt de l’OMS à Aden a été pris pour cible par des tireurs embusqués qui font partie du personnel de prévention de pénétrer dans le bâtiment et le bureau qui a été attaqué à plusieurs reprises. Le ministère de la salle des opérations d’urgence de Santé à Aden reste fermé à la suite d’une attaque tôt.

Selon l'OMS, la santé est neutre et ne devrait pas être violé ou envahi.

«Les travailleurs de la santé et les établissements de santé doivent continuer à fonctionner, et des fournitures médicales doivent être livrées à l’endroit où elles sont le plus nécessaires. Nous devons être en mesure de répondre aux besoins sanitaires urgents des hommes, femmes et enfants touchés sans risque, a affirmé Ahmed Shadoul.

L’OMS demande instamment à toutes les parties impliquées dans le conflit au Yémen à respecter et à protéger l’intégrité des systèmes de santé et de veiller à ce que le personnel de santé, les patients et les installations soient protégés et que les droits fondamentaux à la santé de leurs patients soient garantis sans danger à leur vie.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole à l'Organisation Mondiale de la Santé; propos recueillis par Flroence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...