Yarmouk : le Conseil de sécurité exige le retrait immédiat des groupes terroristes hors du camp

Écouter /

L'UNRWA distribue de l'aide à Yalda, une zone adjacente à Yarmouk, en Syrie, abritant des civils déplacés. Photo : l'UNRWA

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont exprimé lundi leur profonde préoccupation face à l’aggravation de la situation humanitaire dans le camp de réfugiés de Yarmouk, en Syrie.

Depuis le 1er avril, Yarmouk, ce camp de réfugiés palestiniens et syriens situé dans une zone résidentielle de la banlieue de Damas, a été le théâtre d’intenses combats entre groupes armés. Les 18.000 réfugiés, dont 3.500 enfants, résidant au sein du camp sont en effet pris au piège entre, d’un côté, les extrémistes de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), qui ont pris possession de la majorité de Yarmouk et, de l’autre, les forces gouvernementales ayant établi le siège à l’extérieur, au point qu’il est pratiquement impossible pour les civils de quitter la zone.

Dans une déclaration de presse, le Conseil des 15 membres a appelé à l’établissement d’un accès humanitaire « sans entrave » au camp de Yarmouk, qui permettrait également d’assurer la protection des civils à l’intérieur du camp.

Les membres du Conseil ont salué les efforts déployés par l’Envoyé spécial adjoint de l’ONU pour la Syrie et l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). Il a exhorté la communauté internationale à appuyer ces efforts en cours, notamment en finançant l’appel d’urgence de 30 millions de dollars pour apporter une assistance humanitaire aux civils de Yarmouk et en soutenant les efforts diplomatiques et politiques fournis par l’UNRWA.

Les membres du Conseil de sécurité ont par ailleurs soutenu le plan d’aide aux réfugiés palestiniens de Yarmouk formulé par l’ONU, qui comporte trois éléments pricinpaux : offrir une assistance pour les civils réticents à ou incapables de quitter Yarmouk ; aider ceux qui souhaitent être « temporairement relocalisés » hors du camp à y parvenir, en conformité avec le droit international humanitaire ;et aider les résidents de Yarmouk qui ont déjà fui.

Les membres du Conseil de sécurité ont appelé toutes les parties à soutenir le plan de l’ONU et à se conformer à leurs obligations découlant du droit international humanitaire, et du droit international des droits de l’homme et des réfugiés :

Le Conseil a en outre exigé que toutes les parties cessent toutes les attaques contre des civils, y compris les tirs d’artillerie et les bombardements aériens.

Les membres du Conseil de sécurité ont enfin condamné tous les actes de terrorisme perpétrés dans Yarmouk et ont exigé que les organisations terroristes situées à l’intérieur du camp, y compris l’EIIL et le Front al-Nosra, se retirent immédiatement.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...