Torture: la question de la réparation et de la réhabilitation des victimes examinée

Écouter /

Photo ONU_Martine Perret

L'assistance aux victimes de la torture passe aussi par une réparation et une réhabilitation. Ce besoin de justice a été rappelé par des représentants de la société civile impliqués dans le combat contre l'impunité. Cette réunion organisée ce jeudi à Genève par le Haut-Commissariat de l'ONU a été l'occasion pour revisiter le rôle du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture.

 

Cette rencontre de Genève n'a rien d'une thérapie de groupes pour des victimes d'exactions atroces à travers le monde. Il s'agit plutôt d'un échange de bonnes pratiques dans la lutte contre l'impunité et plus précisément pour les victimes de la torture. Avec en toile de fonds, la question de la réparation et de la réhabilitation . Lors de cette réunion organisée par le Haut-Commissariat de l'ONU et portant sur le Fonds volontaire pour les victimes de la torture, plusieurs acteurs de la société civile ont insisté sur l'exigence de vérité et de justice. Une façon pour ne pas cantonner la réhabilitation au seul aspect financier, même si l'indemnisation des victimes est importante.

Philippe Grant, Directeur exécutif de l'ONG TRIAL :

« La réhabilitation et la réparation sont la finalité même du combat juridique. Ce n'est pas seulement des réparations financières. C'est parfois simplement que les victimes obtiennent la vérité sur ce qui s'est passé. Je prends l'exemple des familles de disparus, qui parfois dix ans ou vingt ans après, tentent encore de retrouver la trace de leurs proches. Je pense à ces victimes de violence sexuelle qui côtoient encore, peut être au quotidien, les auteurs de violations commises à leur encontre .»

Et pour les victimes de torture, cette réhabilitation facilite leur reconstruction. Il faut juste signaler que l'assistance directe apportée aux victimes peut prendre la forme d'une aide médicale, psychologique, légale ou financière. Depuis sa création en 1981, le Fonds de l'ONU a distribué des subventions à plus de 600 organisations, aidant chaque année plus de 50.000 victimes dans le monde.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo ; avec un extrait sonore de Philippe Grant, Directeur exécutif de l'ONG TRIAL)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...