Syrie: A Yarmouk les résidents sont retenus en otage, selon l'ONU

Écouter /

L’UNRWA préoccupé par la situation des civils a Yarmuk

La situation se détériore dans le camp de réfugiés de Yarmouk, près de la capitale syrienne Damas. Selon le Secrétaire général de l'ONU 18 000 Palestiniens et Syriens sont retenus en otage par Daesh et des militants extrémistes. Selon Ban Ki-moon les réfugiés servent de boucliers humains. D’où son appel à stabiliser immédiatement la situation dans le camp et à mettre un terme aux hostilités pour fournir une aide humanitaire et garantir le libre passage aux habitants qui souhaitent partir.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a pour sa part indiqué qu'il n'est plus en mesure d'approvisionner le camp depuis le 28 mars dernier. Suite à la destruction du conduit d'eau à Yarmouk, en septembre 2014, le camp n'a plus un accès public à l'eau. Christopher Gunness, porte-parole de l'agence décrit une situation extrêmement grave : « à l'heure où je vous parle, nous sommes témoins du carnage éventuel d'innocents, ni plus ni moins » a-t-il déclaré, à la presse.

L'UNRWA a demande l’instauration d’un cessez-le-feu pour permettre d'apporter de l'aide et permettre le départ de ceux qui souhaitent quitter le camp.

« On ne peut rester inerte et regarder un massacre perpétré devant nos yeux. La population de Yarmouk ne peut être abandonnée », a conclu Ban Ki-moon, lors d'une conférence de presse jeudi, au siège des Nations-Unies.

(Propos de Christopher Gunness, porte-parole de l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient; mise en perspective de Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...