Paludisme: Ban Ki-moon réclame plus d’investissements dans la prevention et le traitement

Écouter /

Une mère et son enfant près d’une moustiquaire imprégnée. Credit: Partenariat Faire reculer le paludisme/Benjamin Schilling l PSI

A l’occasion de la Journée mondiale du paludisme qui est célébrée le 25 avril, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a demandé samedi à la communauté internationale d’investir davantage dans les méthodes de prévention et de traitement afin d’éradiquer cette maladie.

Selon des informations publiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le taux de mortalité due au paludisme a été pratiquement divisé par deux depuis le début du siècle.

Ce progrès notable s’explique en partie par la banalisation de l'utilisation de moustiquaires imprégnées. Et l’amélioration considérable de l’accès à des tests de diagnostic fiables, ainsi qu'à des traitements efficaces.

Pour Ban Ki-moon, ce succès remarquable est la preuve patente qui lest possible de gagner la lutte mondiale contre le paludisme. Il juge toutefois nécessaire d'investir davantage dans les méthodes sûres et éprouvées de prévention et de traitement du paludisme, de renforcer les systèmes de santé des pays les plus pauvres et de redoubler d’efforts pour mettre au point de nouveaux outils et de nouvelles strategies, notamment en Afrique sub-saharienne.

(Mise en perspective: Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...