Financement du développement : Ban Ki-moon appelle à élargir les partenariats avec le secteur privé et la société civile

Écouter /

Photo : ONU

A l’occasion d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au financement du développement, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi à élargir les partenariats avec le secteur privé et la société civile pour tirer le meilleur parti de leurs ressources et de leurs compétences.

« Le programme de développement pour l’après-2015 est ambitieux. Les besoins en financement sont énormes. On peut y répondre si nous travaillons ensemble », a dit Ban Ki-moon dans un discours devant les participants de cette réunion qui doit durer deux jours et rassemble des dirigeants du secteur privé et de la société civile.

« Nous devons continuer à élargir les partenariats avec le secteur privé, la société civile et les autres parties prenantes, afin de tirer parti de vos ressources et de vos compétences uniques », a-t-il ajouté. « Alors que nous forgeons notre nouveau partenariat mondial pour le développement durable, votre contribution sera vitale ».

Le Secrétaire général a exhorté les Etats membres des Nations Unies à écouter attentivement les points de vue, les idées et les propositions exprimés lors de cette réunion.

« Nous avons besoin de votre soutien public, de votre expertise et de votre talent pour faire d’Addis-Abeba un succès et définir une nouvelle ère de développement durable », a-t-il ajouté à l’adresse des participants.

La réunion de l’Assemblée générale va servir à préparer la prochaine Conférence internationale sur le financement du développement, qui aura lieu à Addis-Abeba, en Ethiopie.

« Un résultat positif à la Conférence d’Addis est cruciale pour s’assurer d’un programme post-2015 ambitieux et d’un accord global sur le changement climatique plus tard cette année », a souligné Ban Ki-moon.

« Il faut exploiter toutes les sources de financement, publiques et privées, nationales et internationales. La mobilisation des ressources au niveau national sera cruciale », a-t-il conclu.

Le maire de Rabat, Maroc, Fathallah Oualalou, qui préside la Commission des finances locales de la CEGELU, l'Organisation mondiale regroupant les villes et communes du monde, et qui participait aux travaux, a notamment insisté lui sur la décentralisation.

 

(Extrait sonore :  Fathallah Oualalou, maire de Rabat et  président de la Commission des finances locales de la CEGELU)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...