Moyen-Orient/ Afrique du Nord : un enfant sur quatre risque d'être privé d'éducation

Écouter /

Famille en Iraq. Photo UNICEF/Hazou

Malgré une augmentation du nombre d'inscription d'enfants en établissement scolaire, 21 millions d'entre eux risquent de ne pouvoir se rendre à l'école, région Moyen-Orient et Afrique du Nord. C'est en tout cas ce qui ressort d'un rapport conjoint du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) et l'Institut des statistiques de l'Organisation des Nations-Unies pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO) publié le 15 avril. Certaines avancées ont permis une réduction de 40% en matière d'abandon scolaire. Cependant la pauvreté, la discrimination, une qualité d'éducation médiocre ainsi que l'insécurité ont ralenti ces progrès. Plus de 12 millions d'enfants et d'adolescents sont actuellement déscolarisés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, selon le rapport. En Syrie et en Iraq ou les systèmes scolaires ont été durement touchés par les conflits, ce sont trois millions d'enfants qui n'ont plus d'accès à l'éducation. Ce chiffre pourrait croître à mesure que la violence augmente. A long terme cette génération pourrait être perdue, démunie des connaissances nécessaires pour améliorer ou intégrer la société. Le rapport indique que les filles sont particulièrement à risque d'abandonner l'éducation pour diverses raisons, notamment le mariage précoce, le manque d'enseignantes ou la stigmatisation sociale. En moyenne il y a 25% plus de chances qu'une fille soit déscolarisée, qu'un garçon au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

(Mise à jour Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...