L’ONU appelle à une action urgente contre l’épuisement irréversible des ressources en eaux souterraines

Écouter /

Photo ONU/Martine Perret

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la Banque mondiale, le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et l’Association internationale des hydrogéologues ont appelé vendredi la communauté internationale à agir d’urgence pour empêcher la dégradation et l’épuisement des ressources en eaux souterraines.

En prévision du 7ème Forum mondial de l’eau (World Water Forum), qui se tiendra du 12 au 17 avril 2015 en Corée du Sud, ces cinq organisations ont proposé aux gouvernements un ensemble de principes permettant une meilleure gestion des eaux souterraines. Vision 2030 et le Cadre d’action mondial, qui seront lancés lors du Forum, constituent un appel pressant pour une action collective et responsable de la part des gouvernements et de la communauté internationale en vue de garantir l’utilisation durable des eaux souterraines.

« Pendant longtemps, la gouvernance des eaux souterraines a été négligée par les politiques, ce qui a entraîné la dégradation et l’épuisement progressif de cette ressource essentielle », a regretté la FAO dans un communiqué de presse, soulignant qu’au plan mondial, les prélèvements d’eau souterraine ont triplé au cours du dernier demi-siècle et plus d’un quart des prélèvements actuels ne sont pas durables.

Selon l’agence onusienne, la pollution des eaux souterraines se généralise et menace à la fois l’homme et l’environnement. La plupart des aquifères urbains connaissent des problèmes d’assainissement alors que les aquifères côtiers sont exposés aux intrusions d’eau salée. La pollution industrielle, les pesticides et les engrais s’infiltrent dans les nappes phréatiques et les réservoirs.

« Certaines zones, en particulier celles à faible pluviométrie, sont à risque plus que d’autres », a expliqué la FAO, ajoutant que l’intensité des retraits est plus élevée dans de grandes parties de la Chine, de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, de l’Iran, des États-Unis, du Mexique et de l’Europe. Cela pourrait, selon l’agence, entraîner à terme la perte des réserves d’eau douce à un moment où le stockage des eaux souterraines est essentiel pour assurer la sécurité de l’eau et l’adaptation au changement climatique.

« Depuis la nuit des temps, l’homme a puisé l’eau du sol. Mais nous sommes passés du village aménagé autour d’un puits à des villes entières et à des industries érigées autour de nappes d’eaux souterraines », a quant à lui déclaré le Directeur des ressources en eau au sein du Groupe de la Banque mondiale, Junaid Ahmad. « Nous avons appris à creuser toujours plus profond, à pomper de plus en plus fort et à transformer les déserts en corbeilles à pain. Mais nous n’avons pas été capables d’augmenter la vitesse à laquelle nos eaux souterraines se reconstituent, et nous ne devrions pas être surpris quand nos puits seront à sec. Autant que ce que nous avions investi dans les pompes et les cultures, nous devons à présent investir dans la gouvernance des eaux souterraines ».

En outre, l’eau souterraine est indispensable à la réduction de la pauvreté et au partage de la prospérité, a expliqué la responsable du FEM, Naoko Ishii.

« Nous ne pouvons plus tenir pour acquise cette source invisible mais vitale; une action urgente est nécessaire pour assurer sa disponibilité à long terme. Nous avons hâte de collaborer avec les organismes partenaires et les pays pour assurer la disponibilité de l’eau pour la consommation, les villes, l’énergie et les utilisations industrielles des générations futures », a-t-elle dit.

« L’action collective et coordonnée s’impose d’urgence pour protéger et prolonger l’intégrité de nos aquifères», a soutenu le Directeur de la Division des terres et des eaux de la FAO, Moujahed Achouri. « Le coût de l’inaction serait exorbitant. Vision 2030 et le Cadre d’action mondial constituent un appel urgent aux décideurs afin qu’ils agissent immédiatement en prenant les bonnes décisions politiques pour atteindre des objectifs communs de développement économique et social à l’échelle mondiale ».

De son côté, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a affirmé que pour que la gouvernance des eaux souterraines devienne réalité, il convient de favoriser la coopération entre les pays, en particulier sur les aquifères transfrontières. « L’eau influe directement sur notre avenir; nous devons travailler de concert pour gérer plus durablement cette précieuse ressource », a dit Irina Bokova.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...