La FAO et le Mali s'engagent à restaurer la sécurité alimentaire dans le pays

Écouter /

De l'huile de cuisine et de la nourriture sont remis à des personnes déplacées dans le nord du Mali, dans le refuge de Mopti. PNUD/Nicolas Meulders

Le Gouvernement du Mali et la FAO ont lancé aujourd’hui la mise en œuvre des activités d’un projet de cinq millions de dollars pour la restauration des moyens d’existence des ménages vulnérables affectés par les récents conflits armés et les changements climatiques dans cette partie du pays.

L’annonce en a été faite par le Ministre malien du développement rural, M. Bokary Treta, et le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, en visite officielle au Mali.

L’agriculture dans certaines régions du Mali, en particulier le nord, a été sérieusement affectée ces dernières années par la guerre civile et les impacts connexes tels que les pénuries de main-d’œuvre en raison de déplacements de population, le manque de services de soutien à l’agriculture et la fragmentation des marchés. Les pluies irrégulières, les périodes de sécheresse et les inondations ont exacerbé ces problèmes au cours des dernières années.

Ce nouveau projet s’attèlera à la restauration immédiate des biens de production des familles dans les régions de Gao, Mopti et Tombouctou dans le Nord du Mali.

Les activités du projet permettront de relancer la production vivrière et maraichère de 25 000 ménages vulnérables et d’appuyer 8 000 familles d’éleveurs vulnérables par des aliments et des produits vétérinaires pour leur bétail. En outre, le projet offrira une opportunité de formation sur les bonnes pratiques agricoles et nutritionnelles aux ménages bénéficiaires et il portera une attention particulière aux besoins des groupements féminins engagés dans la production maraîchère.

«La mise en œuvre de ce projet est notre contribution au processus de paix car sans sécurité on ne peut avoir de sécurité alimentaire, et là où il y a insécurité alimentaire, les conflits éclatent», a déclaré José Graziano da Silva.

«Notre objectif est de nourrir 16 millions de Maliens», a ajouté le Ministre Treta. «La FAO a toujours été à nos côtés pendant les périodes difficiles, jusqu’à l’obtention de ces bons résultats de réduction du nombre de personnes qui ont faim».

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Programme de relance et de reconstruction économique de la Banque mondiale au Mali s’élevant à 100 millions d’USD. A la demande du Gouvernement du Mali, la FAO sera en charge de la mise en œuvre de la composante agricole dans le nord du pays.

«Le partenariat entre la Banque mondiale et la FAO est gagnant-gagnant; cela permet de mettre le savoir technique de la FAO au service des investissements tant requis dans le pays», a souligné le Directeur général de la FAO.

La FAO travaille au Mali et dans les pays du Sahel au renforcement de la résilience des moyens d’existence ruraux et des systèmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle. La FAO met en œuvre de manière combinée l’assistance humanitaire et des actions de développement afin d’aider les pays à prévenir et à faire face de façon plus dynamique et plus efficace aux menaces et aux catastrophes qui affectent l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition.

En 2015, dans le cadre du Plan de réponse stratégique des Nations Unies pour le Sahel, la FAO a lancé un appel de 116 millions de dollars en faveur de 5,4 millions de personnes. Le plan de réponse stratégique de la FAO pour le Mali – qui s’élève à 15,4 millions de dollars  – vise à améliorer les conditions de vie de près de 400 000 personnes en insécurité alimentaire et à assurer un retour durable des populations déplacées et réfugiées dans des conditions optimales tout en soutenant les communautés qui les accueillent.

(Interview : Etienne Juvanon Du Vachat, Expert résilience pour le Sahel au sein de la FAO; propos recueillis par Stéphanie Coutrix)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...