FAO : l’énergie géothermique offre de nouvelles opportunités pour les pays en développement

Écouter /

L’utilisation de la chaleur émanant du centre de la terre offre de nouvelles opportunités pour l’agriculture des pays en développement riches en activité géothermique.Photo : FAO

L’énergie géothermique, le flux de chaleur émanant du centre de la terre, offre des opportunités exceptionnelles pour la production et la transformation rentables et durables des aliments dans les pays en développement, selon un nouveau rapport publié par la FAO mardi.

Dans certaines économies en développement, la moitié de toute la nourriture produite se perd durant la phase après récolte – en partie à cause d’un manque d’énergie abordable pour la transformation des aliments, selon le rapport Uses of geothermal energy in Food and Agriculture.

Cela rend l’utilisation de l’énergie thermique particulièrement intéressante pour sécher les aliments, pasteuriser le lait et stériliser les produits dans les pays en développement, où la transformation des aliments renforcera la sécurité alimentaire.

Le séchage des aliments peut prolonger leur durée de conservation, comme dans le cas du poisson et des légumes, les rendant ainsi disponibles tout au long de l’année, notamment durant les périodes de sécheresse.

L’énergie géothermique est aussi une source principale de chauffage pour les serres agricoles et les sols, et d’eau pour l’aquaculture, précise le rapport.

Les pays en développement qui ont beaucoup à gagner de l’exploitation de l’énergie thermique pour l’agriculture sont notamment ceux de la Ceinture de feu du Pacifique, comme le Mexique, l’Indonésie, les Philippines et plusieurs pays bordant la côte pacifique de l’Amérique du Sud. De même pour l’Éthiopie et le Kenya dans la Vallée du Rift en Afrique, et les économies en transition en Europe de l’Est, comme la Roumanie et la Macédoine.

Selon la FAO, en utilisant une source d’énergie propre, on affronte non seulement les coûts mais aussi les impacts environnementaux de la production et de la transformation des aliments.

La recherche suggère que le recours au chauffage géothermique pour les serres réduit les infections fongiques et les coûts de combustible jusqu’à 80 pour cent, permettant d’importantes économies budgétaires.

 

(Extrait sonore : Florence Tartanac, fonctionnaire principale en agro-industrie au siège de la FAO; propos recueillis : Murielle Sarr, FAO)

 

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...