Côte d'Ivoire : le Président Ouattara appelle les ex-combattants à rejoindre le DDR

Écouter /

Alassane Ouattara, President de la Côte d'Ivoire. Photo : ONU/Eskinder Debebe

Le Chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a appelé ces derniers jours les ex-combattants, sans matricules, qui occupent encore des sites militaires ou prives à libérer ces sites le plus rapidement possible et à rejoindre le processus DDR, de désarmement, démobilisation et réintégration, au plus tard le 30 juin 2015.

Le Président de la république de Côte d'Ivoire a lancé son appel à Tisaasle cette semaine et ce alors que le pays organise cette année le 25 octobre des élections présidentielles, avec si nécessaire un second tour le 22 novembre.

Dans ce contexte, dans ses dernières résolutions, le Conseil de sécurité a donné à l'Opérations des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), entre autres mandats, d'aider le Gouvernement à préparer l'élection présidentielle, notamment en facilitant le dialogue entre les acteurs politiques, y compris les représentants de la société civile et les partis politiques.

A la suite de l'élection présidentielle de 2010 et la crise politique qui a suivi, l'Opérations des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) est restée sur le terrain pour protéger les civils et soutenir le nouveau Gouvernement ivoirien dans le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants (DDR), ainsi que dans la réforme du secteur de la sécurité.

Le Conseil de sécurité à travers la Résolution 2162 proroge jusqu'au 30 juin 2015, le mandat de l'ONUCI tel que défini dans la résolution 2000 (2011) et qui porte entre autres, sur l'appui de l'ONUCI aux autorités ivoiriennes pour la sécurisation et la stabilisation de la Côte d'Ivoire, l'appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), l'appui au processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration (DDR) des ex-combattants.

Le mandat comprend également le suivi de l'embargo sur les armes, le suivi des médias ; la protection de la population civile du risque imminent de violence physique sans préjudice de la responsabilité principale des autorités ivoiriennes et dans les limites de ses moyens et de ses zones de déploiement ; l'appui aux efforts de promotion et protection des droits de l'Homme ; l'appui à l'assistance humanitaire et l'appui à l'organisation du retour volontaire des réfugiés et des déplacés.

(Extrait sonore : Alassane Ouattara, Président de la Côte d'Ivoire; propos recueillis par ONUCI-FM)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...