Côte d’Ivoire: l'application de l'embargo sur les armes progresse, mais des préoccupations persistent

Écouter /

 

Bafetigue Ouattara, Représentant permanent adjoint de la Côte d’Ivoire, lors de son intervention devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Mark Garten

La Côte d'Ivoire est en train d'effectuer des progrès dans l'application de l'embargo sur les armes, mais plusieurs domaines de préoccupation demeurent, notamment à l'approche des élections présidentielles qui doivent se dérouler dans le pays cette année.

C'est ce qu'a indiqué, mercredi après-midi devant les Quinze, le Président du Comité créé en vertu de l'application de la résolution 1572 du Conseil de sécurité, concernant la Côte d'Ivoire.

Cristián Barros, qui exerce également les fonctions de Représentant permanent du Chili, s'est notamment inquiété de la présence constante d'éléments liés aux groupes radicaux pro-Gbagbo et du fait que du matériel militaire était arrivé aux mains d'un bataillon que dirige Martin Kouakou Fofié, individu qui figure sur la liste des personnes ciblées par le régime de sanction.

Le Président du Comité a aussi averti que le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) sera sans doute incapable d'intégrer tous les anciens combattants avant la date butoir du 30 juin, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les conditions de sécurité dans le pays.

A cela, le Représentant permanent adjoint de la Côte d'Ivoire, Bafetigue Ouattara, a fait savoir qu'un cadre de réflexion existe déjà pour dégager des perspectives une fois que le processus de DDR sera arrivé à son terme dans le pays.

Bafetigue Ouattara a aussi insisté sur le fait que le Groupe d'experts avait reconnu n’avoir recueilli aucune information donnant à penser que les ressources naturelles du pays sont exploitées aux fins de rachat d’armes ou de matériel connexe.

Parmi les autres sujets de préoccupation du Comité du Conseil de sécurité : le manque de capacité et de matériel de la police et de la gendarmerie et l'absence de cohésion au sein de l'armée. Une absence qui, a averti Cristián Barros, risque d'entraver le processus de réforme du secteur de sécurité.

(Extrait sonore : Bafetigue Ouattara, Représentant permanent adjoint de la Côte d'Ivoire. Mise en perspective : Isabelle Dupuis. )

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...