Conseil des droits de l'homme : le Haut-Commissaire Zeid dénonce le carnage insensé de Boko Haram

Écouter /

Des Nigérians ayant fui Boko Haram et trouvé refuge au Tchad. Photo OCHA/C. Birch

Des cadavres d'enfants de 12 ans trouvés en première ligne des champs de bataille ou des jeunes filles utilisées comme bombes humaines : voilà à quoi ressemblent certaines des exactions commises par Boko Haram. Les offensives militaires du Nigeria, du Cameroun, du Tchad et du Niger ayant abouti à la reconquête de plusieurs villes du nord du Nigéria, ont également dévoilé dévoilant  des fosses communes et d'autres signes de massacre, notamment le meurtre de nombreuses femmes et filles réduites à l'esclavage.

 

Au moins 15.000 morts depuis 2009, un nombre incalculable d'enfants, de femmes et d'hommes enlevés ou recrutés de force, mais aussi des femmes et des filles victimes d'abus atroces, notamment d'esclavage sexuel.  La liste des exactions commises par Boko Haram est loin d'être exhaustive. Devant le Conseil des droits de l'homme, le Haut-Commissaire Zeid Ra'ad Zeid Al Hussein a dénoncé ce carnage insensé, qui menace le développement, la paix et la sécurité du continent africain. De graves abus du groupe terroriste nigérian qui ont provoqué  plus d'un million de personnes déplacées et 170.000 réfugiés dans les pays voisins.

Et pour l'Union Africaine, Boko Haram reste un défi pour l'une des plus grandes puissances du continent, le Nigeria, mais menace aussi toute la région du Basin du Lac Tchad.

Pierre Buyoya, Haut Représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel :

 « Boko Haram constitue une menace qui va au-delà des frontières nigérianes. Jugé par les ravages qu’il a commis et qu’il semble déterminé à causer encore, et le caractère aveugle du ciblage de ses victimes, le groupe terroriste est même plus qu’une menace régionale, car elle est aussi globale. Sa déclaration récente d’allégeance au groupe Organisation de l'Etat islamique ne peut que confirmer ce constat.»

Par ailleurs, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme indique avoir reçu des informations persistantes et crédibles de graves violations commises par les forces de sécurité du Nigeria et d’autres pays dans leur réponse contre Boko Haram.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo ; avec une extrait sonore de Pierre Buyoya, Haut Représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...