Conseil de sécurité: la violence sexuelle est intégralement liée aux objectifs stratégie, idéologies et au financement de groupes extrémistes

Écouter /

Zainab Hawa Bangoura, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée de la question des violences sexuelles liées aux conflits armés.
Photo: ONU.

La lutte contre la violence sexuelle dans les conflits armés n'est pas une «mission impossible», a affirmé ce matin la Représentante spéciale du Secrétaire général sur les violences sexuelles dans les conflits armés en présentant le dernier rapport de Ban Ki-moon sur la question devant le Conseil de sécurité ce mercredi.

Zeinab Bangura a constaté que de nombreux progrès avaient été effectués depuis la création de son mandat il y a cinq ans, y compris dans l'augmentation des ressources, l'établissement de plans d'action nationaux, et l'élaboration d'accords de paix qui prennent en charge la question.

Selon elle, le rapport fait néanmoins état de 19 situations préoccupantes et souligne l'usage stratégique de cette forme de violence.

Il met l’accent sur la violence sexuelle en tant que menace utilisée pour provoquer le déplacement et en tant que risque encouru par les civils, notamment les femmes et les filles, dans les contextes de déplacement. Cette violence est liée à la dépossession forcée des terres et des biens, qui prive les femmes de sources vitales de subsistance.

Le mariage forcé, qui implique l’abus sexuel répété et augmente en période de conflit, occupe une place importante dans le rapport.

Pour la première fois, le rapport expose la manière dont la violence sexuelle est intégralement liée aux objectifs stratégiques, idéologiques et au financement de groupes extrémistes, tout notant que l’autonomisation des femmes et la prévention de la violence sexuelle devraient être au cœur de la réponse internationale.

Enfin, Zeinab Bangura a rappelé que l’histoire du viol dans les zones de conflits en temps de guerre est marquée par le déni, ajoutant qu'il est temps de mettre ces crimes et ceux qui les commettent sous les projecteurs de la communauté internationale et envoyer un message clair que le monde ne tolérera pas l’utilisation de la violence sexuelle comme une tactique de guerre et de terreur.

(Extrait sonore : Zeinab Bangura, Représentante spéciale du Secrétaire général sur les violences sexuelles dans les conflits armés)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...