CNUCED : persistance de la dépendance des pays en développement envers les matières premières

Écouter /

La RD Congo possède par exemple la moitié des forêts et des ressources en eau de l'Afrique. Photo: UNEP

Les pays du Sud regorgent généralement de matières premières (pétrole, bauxite, bois, etc.). Mais cette richesse est aussi une fragilité pour ces économies nationales car reposant trop souvent sur ces seules ressources. Et ces produits de base sont souvent tournés vers l'exportation et surtout en raison de la faiblesse des industries locales de transformation et surtout de leur diversification.  Une nouvelle étude de la CNUCED passe donc au crible l'état de dépendance des pays en développement aux matières premières.

L'étude montre par exemple que dans un pays comme la Guinée, la dépendance à ces exportations a été autour de 98% entre 2009 et 2013. Situation presque identique pour la Mauritanie ou le Nigeria dans la même période.

A cet égard, la CNUCED note qu'un pays en développement est considéré comme dépendant des produits de base (PDDPB) lorsque ses revenus d’exportation de matières premières contribuent à plus de 60% du total de ses recettes d’exportation. »Quand un pays a une part des exportations provenant des produits de base qui est inférieur à 60%, on ne dit pas qu'il est dépendant », fait remarquer, Janvier Nkurunziza, Economiste et Chef de la Section de Recherches sur les produits de base à la CNUCED.

L'étude met également en lumière cette forte dépendance, notamment dans les pays africains. « En général, presque tous les pays africains sont dépendants des produits de base. Environs 45 pays sur 54 sont dépendants de l'exportation de ces produits de bases ».  En 2012/13, deux pays en développement sur trois étaient des PDDPB dont la moitié en Afrique.

Cette dépendance se traduit d'ailleurs sur une forte concentration sur une ou trois matières premières qui définissent en fait la provenance des devises de ces pays. L'économiste cite l'exemple des pays exportateurs du cacao. « Si vous êtes dépendant du cacao, et s'il y a un problème sur le marché international du cacao, ce sont souvent des devises en moins ». Ce manque de devises aura forcément des conséquences sur la diminution des recettes, mais il se traduit aussi par moins d'investissements, moins de dépenses sociales dans le budget.

Par exemple lors d'une crise pétrolière, on voit que les pays dépendant beaucoup de la manne provenant de l'exportation de cette matière première, ont beaucoup de problèmes même à assurer les dépenses courantes.

L'expert de la CNUCED explique cette fragilité par la non diversification de ces produits, mais aussi l'absence d'industries de transformation de ces matières premières. Le rapport montre que les exportations de produits de base sont en outre très concentrées et les revenus d’exportation dépendent d’une poignée de produits manufacturés.

Finalement, ce rapport montre que la dépendance à l’égard des produits de base reste un problème de développement majeur pour beaucoup de pays en développement, en particulier les PMA et les pays africains.

(Interview : Janvier Nkurunziza, Economiste et Chef de la Section de Recherches sur les produits de base à la CNUCED ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...