Burundi : l'ONU condamne les violences pré-électorales

Écouter /

longue file pour l’obtention de la carte nationale d’identité avant les elections 2015 au Burundi.Photo MINUB

Au Burundi suite à l'annonce officielle de la candidature de l'actuel chef de l'état, Pierre Nkurunziza, aux prochaines élections présidentielles, des manifestations se sont déroulées depuis plusieurs jours.

En réponse, les forces de sécurité auraient violemment réprimé les manifestants avec des armes, des grenades et des gaz lacrymogènes, entraînant des morts violentes et des arrestations arbitraires et une forte intimidation.

Le Secrétaire-général des Nations-Unies a condamné la répression et dépêché son envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, qui consulte toutes les parties afin d'apaiser les tensions.

Dans un communiqué le Secrétaire-général des Nations-Unies, suite à un entretien avec le président burundais, avait indiqué que ce dernier devait examiner « attentivement les conséquences potentielles pour le pays de son héritage, de ses décisions dans la perspective des élections présidentielles »selon Vladimir Monteiro, porte-parole de la Mission Électorale des Nations-Unies au Burundi.

A noter aussi qu'un groupe d’experts de l’ONU a condamné jeudi les violences au Burundi et a exhorté les autorités à respecter les droits de l’homme, y compris la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique. Ils ont également demandé qu’une enquête approfondie et indépendante soit menée sur les violations des droits de l’homme commises afin que les auteurs soient traduits en justice.

(Interview  : Vladimir Monteiro, porte-parole de la MENUB; propos recueillis par  Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...