Au Qatar, le Congrès de l’ONU contre le crime discutera du lien entre prévention du crime et développement durable

Écouter /


Le commerce illicite de la faune et des produits ligneux finance les groupes criminels et les milices, menaçant la sécurité et le développement durable. Photo : Banque mondiale / Curt Carnemark

Alors que le Sommet sur le programme de développement pour l’après-2015 aura lieu à New York en septembre, le 13ème Congrès des Nations Unies contre le crime se réunira à Doha, au Qatar, à partir de dimanche 12 avril pour discuter comment prévenir le crime pour construire un développement durable.

« L’état de droit, de meilleurs systèmes de justice pénale, l’accès à la justice, des forces de l’ordre et un système judiciaire qui fonctionnent bien peuvent faciliter le développement », a expliqué le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, dans un entretien au Centre d’actualités de l’ONU lors d’une visite récente à New York.

« C’est pourquoi le Congrès contre le crime est important, surtout cette année, quelques mois avant le sommet de l’ONU sur le programme de développement post-2015 », a ajouté le chef de l’ONUD, qui est basé à Vienne, en Autriche.

Le thème du Congrès, qui se déroulera du 12 au 19 avril 2015 et est organisé par le gouvernement du Qatar, s’intitule : « L’intégration de la prévention de la criminalité et la justice pénale dans la stratégie plus large de l’Organisation des Nations Unies, pour faire face aux problèmes sociaux et économiques et pour promouvoir l’état de droit aux niveaux national et international et la participation du public ».

Des centaines de décideurs et de professionnels dans le domaine de la prévention du crime et de la justice pénale, ainsi que des experts universitaires, des représentants d’organisations intergouvernementales et non gouvernementales, d’institutions spécialisées, d’autres agences des Nations Unies et les médias doivent participer à ce forum mondial qui se réunit tous les cinq ans pour aider l’ONU à définir son programme d’activités et ses normes en la matière.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, doit participer à la session d’ouverture du Congrès au cours de laquelle il prononcera un discours.

Le 13ème Congrès contre le crime fêtera le 60ème anniversaire de ces rencontres et les participants discuteront des succès et des défis dans la mise en œuvre des politiques et stratégies générales de la prévention du crime et des politiques de justice pénale afin de promouvoir l’état de droit aux niveaux national et international, et de soutenir le développement durable ; la coopération internationale ainsi que celle au niveau régional pour lutter contre la criminalité transnationale organisée ; les approches globales et équilibrées pour prévenir et répondre d’une manière adéquate aux formes nouvelles et émergentes de criminalité transnationale ; les approches nationales sur la participation du public au renforcement de la prévention du crime et de la justice pénale.

Le Congrès adoptera une déclaration politique qui mettra l’accès sur les aspects importants de la lutte contre la criminalité transnationale organisée et le renforcement de la justice pénale et de la prévention de la criminalité. Elle contiendra des recommandations issues des débats qui seront soumises à la prochaine session de la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale qui se déroulera du 18 au 22 mai 2015 à Vienne.

En marge de la séance plénière, plusieurs ateliers sont prévus pour discuter de divers sujets, dont la traite de personnes, le trafic de migrants, la criminalité liée aux espèces sauvages et le cybercriminalité.

Selon Yury Fedotov, la coopération internationale est cruciale pour combattre la criminalité. « Les frontières nationales n’arrêtent pas les criminels. C’est pourquoi la coopération internationale doit se développer. C’est pourquoi le 13ème Congrès contre le crime est très important », a-t-il dit.

Il estime également que le rôle du public dans le renforcement de la prévention de la criminalité et de la justice pénale est déterminant. « Nous ne pouvons rien faire sans la société civile », a-t-il dit. « Il est important de sensibiliser les gens. La société civile, les ONG peuvent beaucoup nous aider et elles le font, sensibiliser les gens aux dangers de la criminalité transnationale organisée ».

A la veille de l’ouverture du Congrès, un Forum de la jeunesse aura lieu avec plus de 160 étudiants y participant. Au cours du forum, les délégués étudiants seront invités à discuter les principaux thèmes du 13ème Congrès des Nations Unies contre le crime.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...