Un nouveau projet de l'AIEA aide les pays africains à détecter les maladies zoonotiques

Écouter /

Un technicien du Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Institut de recherche virale, en Ouganda. Photo: AIEA/Michel Warnau

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a récemment lancé un vaste projet financé à hauteur de 2,7 millions de dollars pour améliorer les capacités nationales des pays d'Afrique à procéder à des détections précoce des maladies zoonotiques, dont une des manifestations les plus dramatique s'illustre par l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'ouest.

D'origine animale, mais transmissibles à l'homme, ces maladies se font de plus en plus présentes au fur et à mesure que la population humaine s'accroît et entre en contact avec des animaux sauvages jusque là inaccessibles. Selon l'AIEA, à l'avenir, les irruptions de maladies zoonotiques pourraient être encore plus sévères que celles connues jusqu'à présent.

Dans un entretien accordé à la Radio de l'ONU, Michel Warnau, Chef de section au Département de la coopération technique de l'AIEA fait le point sur les programmes d'aide technique élaboré par l'Agence et l'utilité des techniques nucléaires pour améliorer la détection des maladies zoonotiques.

(Interview: Michel Warnau, Chef de section, Département de la coopération technique, Division africaine, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA); propos recueillis par Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...