Ukraine/UNICEF: de nombreux enfants tués ou blessés par des mines terrestres

Écouter /

Restes explosifs de guerre en Ukraine. Photo: UNICEF/Ukraine

Au moins 109 enfants auraient été blessés et 42 tués par des mines terrestres et des munitions non explosées dans les régions de Donetsk et Louhansk dans l’est de l’Ukraine, depuis le mois de mars de l’année dernière, a indiqué mardi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Mais les chiffres rapportés par le gouvernement peuvent ne pas refléter le nombre réel d’enfants victimes de ces engins dans la région.

« Le nombre d’enfants tués et mutilés par les mines et les munitions non explosées serait nettement plus élevé si l’on comptait les zones qui ne sont pas sous contrôle gouvernemental », a déclaré la Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe centrale et orientale et la Communauté d’États indépendants, Marie-Pierre Poirier, après une visite des régions orientales de l’Ukraine. « Le manque d’accès à ces zones est un véritable défi pour les agents humanitaires sur le terrain. »

Après une année de conflit, de nombreuses communautés en Ukraine orientale ont été exposées à des niveaux extrêmes de violence, provoquées entre autres par des armes lourdes. Certaines de ces armes ont été laissées dans les villes et villages ravagées par les combats. Le service d’urgence de l’Ukraine procède actuellement aux opérations de déminage et de désamorçage des munitions non explosées dans les oblasts de Donetsk et Louhansk qui sont contrôlés par le gouvernement. Plus de 33.717 engins ont été localisés et retirés jusqu’à présent. Pourtant, les gens qui rentrent dans des communautés qui ont été le théâtre de combats risquent toujours d’être blessés ou tués par ces engins très dangereux qui n’ont pas encore été enlevés.

Les enfants en particulier courent des risques car les mines et les munitions non explosées peuvent être de couleur vive et assez petits pour être ramassés ou frappés du pied comme un ballon. Attirés par ces engins qu’ils peuvent prendre pour des jouets ou des articles de valeurs, ils risquent de les toucher et cela peut se terminer par une tragédie.

L’UNICEF et ses partenaires ont lancé une campagne de sensibilisation aux dangers des mines dans les zones touchées par la crise, en vue de fournir à 500.000 enfants et à leurs familles des informations capitales sur les risques posés par les mines et les explosifs. La campagne comprend des messages éducatifs en version papier, sur vidéo ou en format numérique, ainsi que la formation de 100 enseignants et psychologues scolaires à la sensibilisation aux dangers des mines.

« Jusqu’à présent, les communautés sont très peu conscientes des dangers posés par les mines et les explosifs utilisés dans le conflit et elles ne les comprennent pas, a déclaré Mme Poirier. C’est pourquoi nous travaillons avec nos partenaires pour approfondir les connaissances des familles sur le sujet dans les nombreuses communautés qui ont subi des combats. Les enfants et leurs parents sauront ainsi ce qu’il faut surveiller et comment ils peuvent rester en sécurité. »

Au moins 5 millions de personnes en Ukraine sont touchés par la crise, dont 1,7 million d’enfants, tandis que plus de 1,1 million de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays en raison des violences actuelles. UNICEF lance un appel de 55,8 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires urgents des enfants et des familles.

A quelques jours de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines, le 4 avril, la situation en Ukraine rappelle qu’en dépit des progrès enregistrés par les opérations de déminage dans le monde, de nombreux enfants et collectivités continuent d’être victimes de mines et de restes explosifs de guerre.

 

(Extrait sonore : Christophe Boulierac, porte-parole de l'UNICEF à Genève)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...