Santé/Tabac: Bien qu’en diminution, il faut redoubler les efforts

Écouter /

Image: OMS

De nouvelles données révèlent une baisse de la consommation de tabac et une augmentation du nombre de non-fumeurs. Mais l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que les gouvernements doivent intensifier leur action pour combattre l'industrie du tabac et réduire considérablement la consommation de produits du tabac et protéger la santé publique.

Être non-fumeur devient la nouvelle norme à l'échelle mondiale: c'est ce qui ressort d'un nouveau rapport de l'OMS sur les tendances du tabagisme dans le monde, publié aujourd'hui à l'occasion de la Seizième Conférence mondiale sur le tabac ou la santé, qui s'est ouverte hier à Abou Dhabi et prendra fin le 21 mars. La conférence porte sur la lutte antitabac et les maladies non transmissibles (MNT), plus précisément les affections pulmonaires et cardiaques, les cancers et le diabète.

Le rapport indique qu'en 2010, les États Membres de l'OMS comptaient 3,9 milliards de non-fumeurs âgés de 15 ans et plus (soit 78% des 5,1 milliards de personnes de 15 ans et plus). D'ici 2025, ce chiffre devrait atteindre 5 milliards (ou 81% des 6,1 milliards de personnes de 15 ans et plus qui, d'après les prévisions, seront dénombrées alors) si le sevrage tabagique se poursuit au rythme actuel.

Cette tendance montre que les pays font des progrès, mais une action de bien plus grande ampleur est nécessaire pour endiguer l'épidémie de tabagisme et atteindre la cible mondiale consistant à diminuer la consommation de tabac de 30% d'ici 2025 pour réduire le nombre de décès prématurés que causent les MNT.

Mais, comme le souligne l'OMS, des obstacles demeurent.

«Dans certains pays, la bataille entre le tabac et la santé se joue maintenant devant les tribunaux, et c'est une tendance inquiétante», commente le Dr Margaret Chan, Directeur-général de l'OMS, qui participe à la conférence.

Le Dr Chan ajoute: «Les gouvernements qui veulent protéger la population en exigeant des mises en garde illustrées de plus grande taille sur les paquets de cigarettes ou des conditionnements neutres se laissent intimider par l'industrie qui les menace de procès longs et coûteux. C'est une tentative de priver les gouvernements de leur droit souverain de légiférer dans l'intérêt commun. Nous allons riposter avec force.»

D'après une nouvelle étude commanditée par l'OMS sur les tendances et les prévisions de la consommation de tabac dans le monde, parue dans la revue The Lancet avant la conférence, la prévalence de la consommation de tabac à fumer a reculé chez les hommes dans 125 pays entre 2000 et 2010, et chez les femmes dans 156 pays. Cependant, d'après les tendances actuelles, seuls 37 pays sont en voie d'atteindre la cible d'une réduction de 30% du tabagisme fixée dans le Plan d'action mondial pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020.

«Il y a une forte dynamique mondiale contre l'épidémie de tabagisme, comme le prouve la tendance à la baisse de la consommation de tabac», se félicite le Dr Vera Luiza da Costa e Silva, Chef du Secrétariat de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac. «Beaucoup de pays prennent des mesures pour contrer l'influence de l'industrie du tabac. Mais si nous voulons atteindre les cibles fixées par les gouvernements et réduire la consommation de tabac de 30% d'ici 2025, une action renforcée sera nécessaire pour appliquer toutes les dispositions de la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac. C'est un cri d'alarme qui doit inciter les pays à combattre plus énergiquement l'industrie du tabac.»

L'OMS coparraine la conférence en étroite collaboration avec le Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac . Les principales questions examinées seront les suivantes:

  • les progrès accomplis à l'échelle mondiale dans la mise en œuvre de la Convention-cadre de l'OMS, premier traité international négocié sous les auspices de l'OMS. Au cours des dix dernières années, la Convention-cadre est devenue l'un des traités les plus largement et les plus rapidement appliqués de l'histoire des Nations Unies. Elle compte actuellement 180 Parties et couvre 90% de la population mondiale;
  • les progrès accomplis par les gouvernements par rapport à la cible mondiale consistant à réduire la consommation de tabac de 30% d'ici 2025;
  • la nécessité pour les Parties à la Convention-cadre de ratifier le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac et d'accélérer son entrée en vigueur;
  • la lutte continue contre l'industrie du tabac, y compris une action visant à faciliter l'application par les pays de mesures prévoyant un conditionnement neutre ou standard, dans le cadre de la mise en œuvre globale de la Convention-cadre;
  • la promotion des mesures essentielles de réduction de la demande prévues par la Convention-cadre, y compris l'application du programme MPOWER, programme de politiques conçu par l'OMS pour aider les pays à appliquer des interventions efficaces en vue de réduire la demande.

Lutter plus efficacement contre le tabagisme est l'une des conditions essentielles pour combattre les maladies non transmissibles (MNT), plus précisément les affections pulmonaires et cardiaques, les cancers et le diabète. D'après le dernier rapport mondial de l'OMS sur les MNT, ces maladies ont causé plus de 38 millions de décès en 2012 – près des trois quarts dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et 16 millions (42%) de décès prématurés (survenant avant 70 ans), contre 14,6 millions en 2000.

Le tabac est à l'origine d'un décès sur 10 environ et jusqu'à la moitié des fumeurs actuels mourront des effets du tabagisme, ce qui représente 6 millions de décès par an.

«La plupart de ces décès prématurés auraient pu être évités si l'on s'était attaqué aux quatre plus grands facteurs de risque – une mauvaise alimentation, la sédentarité, l'usage nocif de l'alcool et le tabagisme», déplore le Dr Ala Alwan, Directeur du Bureau régional OMS de la Méditerranée orientale. «S'ils limitent l'accès au tabac pour mettre fin progressivement à l'usage addictif du tabac, les pays assisteront à une baisse spectaculaire du nombre de décès prématurés dus aux MNT.»

(Interview:  Dr. Edouard Tursan D'Espaignet, spécialiste à l'OMS dans la lutte anti-tabac ; propos recueillis par Florence Westergard)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...