ONU : les catastrophes coûtent jusqu’à 300 milliards de dollars par an

Écouter /

Le coût des catastrophes atteint désormais une moyenne de 250 à 300 milliards de dollars chaque année, selon le Rapport d'évaluation mondiale sur la réduction des risques de catastrophes 2015 (GAR15), publié ce mercredi par l'UNISDR, le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes.

L'étude exhorte les pays à accroître leurs engagements à renforcer la résilience de leur population.

Selon le GAR15 la plupart des gouvernements sont trop concentrés sur la gestion des catastrophes plutôt que de s'attaquer aux causes sous-jacentes des risques de catastrophes telles que la pauvreté, le changement climatique, le déclin des écosystèmes, la mauvaise planification urbaine et l'utilisation nuisible des terres, ainsi que le manque de réglementations liées aux bâtiments qui contribuent de manière significative à la création du risque.

Le GAR15 souligne également que les gouvernements doivent mettre 314 milliards de dollars de côté chaque année pour couvrir les pertes annuelles moyennes liées aux tremblements de terre, aux tsunamis, aux cyclones tropicaux et aux inondations fluviales. Pour l'UNISDR cela constitue une occasion manquée de financer les programmes de réduction de la pauvreté dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Le Rapport appelle à investir dans la prévention des catastrophes et souligne qu'avec un investissement de 6 milliards de dollars par an, l'on pourrait éviter des pertes de 360 milliards de dollars sur les 15 prochaines années.

“Le rapport est un appel de réveil pour les pays à accroître leur engagement à investir dans des solutions intelligentes pour renforcer la résilience aux catastrophes», a déclaré Margareta Wahlström, ajoutant qu’ils auront l’occasion de le faire à la troisième conférence sur la prévention des catastrophes qui aura lieu dans moins de deux semaines à Sendai, Japon.

Lors de la Conférence, les pays devront adopter un cadre à la réussite du Cadre d’action de Hyogo. Né en 2005 de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes, le cadre est un plan de 10 ans, le premier à en détail le travail qui est exigé de tous les différents secteurs et acteurs pour réduire les pertes en cas de catastrophe.

(Extrait sonore : Jonathan Fowler, chargé de communication de l'UNISDR à Geneve; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...