Le Conseil de sécurité appelle les Yémenites à choisir la voie du dialogue pour régler leurs différends

Écouter /

François Delattre, Représentant permanent de la France, Président du Conseil de sécurité, donnant lecture de la déclaration présidentielle le 22 mars 2015 (Photo : ONU/JL)

Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni dimanche après-midi pour discuter de la situation au Yémen, où un attentat sanglant a fait plus d’une centaine de morts vendredi dans la capitale Sanaa.

La réunion a débuté vers 15h00 et a été suivie par des consultations.

Le Conseil a adopté une déclaration dans laquelle il “appuie la légitimité du Président du Yémen, Abdo Rabbo Mansour Hadi” et “condamne les mesures unilatérales prises par les Houthis, qui compromettent la transition politique au Yémen et mettent en péril la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l’unité du pays”.

Les membres du Conseil ont également demandé “de nouveau instamment à toutes les parties de convenir de dates, et de les annoncer publiquement, pour l’achèvement du processus de consultation constitutionnelle, d’organiser un référendum sur la constitution et de tenir des élections régies par la nouvelle loi électorale découlant de la nouvelle constitution”.

Le Conseil a aussi insisté sur le fait qu’il a demandé “à toutes les parties au Yémen, notamment les Houthis, les représentants de l’Etat, les dirigeants des partis et mouvements politiques, et les membres des ‘comité populaires’ de choisir la voie du dialogue et de la consultation pour régler leurs différends”.

Vendredi, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité avaient condamné fermement des attaques terroristes au Yémen contre deux mosquées dans la capitale Sanaa pendant la prière du vendredi, ainsi que contre un bâtiment gouvernemental et une mosquée dans la région de Saada, qui ont tué et blessé des dizaines de personnes.

Selon la presse, les attentats-suicide perpétrés dans deux mosquées de Sanaa ont fait au moins 142 morts et 351 blessés. Les attaques ont été revendiquées par l’EIIL. Ces deux mosquées sont contrôlées par les miliciens chiites Houthis, qui tiennent la ville depuis septembre.

Le Secrétaire général avait appelé toutes les parties yéménites à cesser immédiatement toutes les actions hostiles et à exercer un maximum de retenue. Il leur avait aussi demandé de rester en contact avec son Conseiller spécial sur le Yémen, Jamal Benomar, afin de lui permettre de continuer à exercer les bons offices du Secrétaire général, en étroite coopération avec les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et le Conseil de sécurité.

(Mise en perspective : Jérôme Longué avec un extrait sonore de l'intervention du Président du Conseil de sécurité, le Représentant permanent de la France, François Delattre)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...