La survie des éléphants continue d'être directement menacée par le braconnage.

Écouter /

Un éléphant en République démocratique du Congo (RDC). Photo: UNESCO

La survie des éléphants continue d'être directement menacée par le braconnage, surtout en Afrique. C'est ce qu'indiquent les derniers chiffres publiés lundi par le Programme de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Selon CITES, le niveau mondial du braconnage d'éléphants n'a pratiquement pas changé en 2014 par rapport à l’année précédente. A cela s'ajoute le fait que les taux de braconnage continuent de dépasser les taux de croissance naturelle de ces populations de pachydermes, ce qui signifie qu’une baisse continue du nombre d’éléphants est probable.

La situation semble s'être notamment détériorée en Afrique centrale et en Afrique de l'Ouest, relève CITES qui se félicite en revanche des progrès encourageant qui ont été réalisés dans certaines régions d'Afrique de l'est.

Le Comité permanent de la CITES a invité 19 des 22 pays les plus fortement impliqués dans le commerce illégal de l’ivoire à élaborer et mettre en œuvre des plans d’action nationaux pour l’ivoire (PANI), un outil qui permet de renforcer le contrôle du commerce et des marchés de l’ivoire et d'aider à lutter contre son commerce illégal.

Ce Comité a en revanche recommandé, la semaine dernière, à toutes les parties de suspendre le commerce des espèces CITES avec la République démocratique du Congo, la République démocratique populaire lao et le Nigéria, ces pays n’ayant pas soumis leur plan d’action national pour l’ivoire à la CITES dans les délais impartis.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Environnement, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...